Si la participation du secteur privé dans le domaine des services essentiels a fait couler beaucoup d’encre depuis près de vingt ans, permettant l’expression de points de vue très différents et la multiplication d’approches disciplinaires autour de cette question, peu de travaux font encore état du continuum que constitue la recherche d’un équilibre entre service public et secteur privé depuis l’origine du développement des services jusqu’aux derniers revirements stratégiques opérés dans ces mêmes services. En effet, les débats ont été extrêmement focalisés sur la période des réformes d’ajustement structurel et sur les grands contrats de délégation des années 1990-2000, laissant peu d’espace aux analyses transversales aux différentes périodes. Cette situation a contribué, d’une part, à la polarisation d’un débat idéologique (pro/antiprivatisation) extrêmement néfaste à la qualité des réflexions sectorielles et, d’autre part, à des réflexes de « recherche d’un modèle optimal », s’accélérant au fur et à mesure que se profilait la « grande désillusion » (Stiglitz, 2003). Dans un cas comme dans l’autre, ces dynamiques ont éloigné la réflexion sur les véritables enjeux à décrypter pour embrasser au plus près la réalité sectorielle.
À l’occasion d’un travail de synthèse de cinq années de recherche à l’AFD sur les partenariats public-privé (PPP), il nous a donc semblé nécessaire de croiser les analyses portant sur diverses périodes et géographies et issues de différents acteurs du secteur, afin de tenter d’établir des passerelles nécessaires à une compréhension fine des phénomènes complexes qui composent l’organisation des services essentiels de l’eau potable dans les PED. Bien conscients des pièges du débat idéologique et attentifs aux évolutions du secteur portées par les acteurs sociaux et politiques qui le constituent, nous avons ainsi le projet de proposer un ouvrage collectif à la frontière entre recherche académique et réflexion stratégique des acteurs du secteur. En effet, comme le note Schneier-Madanes (2010), « la recherche sur l’eau confère un statut “hybride”, intermédiaire entre l’ “intellectuel” et l’ “expert” au chercheur qui s’y adonne ».
pdf : 2.07 Mo
auteur(s) :
Aymeric BLANC
Sarah BOTTON
collection :
Recherches
issn :
2271-7404
pages :
460
numéro :
2
disponible aussi en : fr en