En développant les réseaux d’eau potable au Sud-Kivu, en y soutenant la création d’associations d’usagers pour les gérer, ainsi que des campagnes de sensibilisation aux bonnes pratiques d'hygiène, ce projet a pour objectif de réduire drastiquement les risques d'épidémies de choléra dans le plus grand foyer endémique du monde.
Contexte

La République démocratique du Congo (RDC) est l’un des pays les plus touchés par le choléra, avec plus de 150 000 nouveaux cas déclarés à l’Organisation mondiale de la santé (OMS) entre 2002 et 2008. La RDC est le plus grand foyer endémique du monde, plus particulièrement les provinces du Sud-Kivu, du Nord-Kivu et du Katanga. Depuis 2005, le choléra est devenu endémo-épidémique, c’est-à-dire qu’il est présent constamment, même en dehors des pics épidémiques. Des études réalisées sur la période 2002-2008, par des médecins français et congolais, ont permis d’identifier huit zones sources de choléra dans l’est de la RDC. Le territoire d’Uvira, dans le Sud-Kivu, situé au bord du lac Tanganyika, est l’un des huit foyers de persistance de l’agent infectieux.

Descriptif

Le projet doit permettre l’accès à un service d’eau potable en continu à 155 000 personnes dans les aires de santé touchées par les épidémies de choléra, grâce au développement des infrastructures de production et de distribution d’eau potable. 210 000 personnes doivent être sensibilisées à l’origine des maladies diarrhéiques et aux bonnes pratiques d’hygiène. Le projet prévoit aussi la création d’associations d’usagers de bornes fontaines, constituées principalement de femmes, pour améliorer le taux de recouvrement du service. Enfin, un dernier volet évaluera l’impact épidémiologique du projet sur la situation du choléra à Uvira.

Impacts
14/05/2014
Date de début du projet
31/12/2018
Date de fin du projet
Uvira (Sud-Kivu)
Localisation
8 325 000
EUR
montant du programme
Régie de distribution d’eau de la RDC (Regideso)
Bénéficiaires