En Chine, la préservation des patrimoines naturel et culturel est un enjeu de taille. Un enjeu qui s'accompagne d'un autre défi : concilier protection de ces patrimoines et développement local. C'est l'objectif de notre soutien au parc national de Xianju : en s'inspirant du modèle français de gestion des parcs naturels, le projet alliera conservation, amélioration des conditions de vie des habitants et gouvernance.
Contexte

De par son étendue et sa topographie, la Chine possède un patrimoine naturel exceptionnel : elle fait partie des 17 pays de « méga-diversité » du monde qui détiennent sur leur territoire les deux tiers de la biodiversité planétaire. À cette richesse en termes de patrimoine naturel s’ajoute un patrimoine culturel tout aussi exceptionnel, avec plus 50 sites UNESCO, plus de 4000 sites de patrimoine sous protection nationale et des centaines de milliers de villages traditionnels. L’articulation entre, d’un côté, la protection de ces deux patrimoines, et, d’un autre côté, leur mise en valeur économique et sociale, est l’un des grands défis du pays. La réforme du système des parcs nationaux, en cours d’élaboration par les autorités chinoises, entend concilier ces deux dimensions de protection et de valorisation du patrimoine. C'est l'une des illustrations les plus récentes d’une nouvelle approche « intégrée» qui permet de répondre au double enjeu de protection et valorisation, en créant emplois et richesse.

Descriptif

Xianju se situe au sud-est de la province de Zhejiang, à 350 km au sud de Shanghai. Le parc national de Xianju, d'une superficie de 300 km², se situe dans une zone de moyenne montagne et dispose d’un patrimoine géologique et paysager unique. Le district de Xianju est le moins développé de la municipalité de Taizhou. Bien qu’il ait connu un taux de croissance plus rapide ces dernières années, le revenu annuel moyen y est inférieur de 41 % et 49 % par rapport aux niveaux municipal et provincial. Du fait de son enclavement, Xianju a pu conserver un patrimoine culturel et architectural particulièrement riche. Le récent développement du réseau routier a facilité l’accès à la zone et la valorisation d’un premier site touristique en 2013, la « Maison des immortels » classée « grand site de paysage national ». Le projet poursuit trois objectifs spécifiques : la conservation et la restauration de la biodiversité et des paysages du parc (milieux naturels, terres agricoles façonnées par l’activité humaine et patrimoine culturel) ; le soutien à la croissance économique et l’amélioration des conditions de vie des populations locales en valorisant les patrimoines naturels, paysagers, culturels et historiques : promotion d’une offre touristique variée sur l’ensemble du territoire pour disséminer les flux de façon équilibrée, limite de la pression sur les milieux naturels et création de retombées économiques complémentaires ; la mise en place de la gouvernance et d’un système de gestion efficace et efficient du parc, inspiré du modèle français des parcs naturels. Le modèle français suscite en effet un intérêt particulier car il met l'accent sur l’approche participative, la gestion intégrée du territoire, le développement local et les activés humaines. Le projet offre l'occasion inédite de promouvoir ce modèle pour influencer les politiques publiques chinoises en matière de gouvernance des parcs nationaux.

Impacts

Conservation des patrimoines naturel et culturel ; Restauration écologique ; Développement de l’écotourisme ; Éducation environnementale ; Développement communautaire ; Renforcement de capacités ; Construction d’infrastructures.

12/07/2017
Date de début du projet
20 ans
Durée du financement
Xianju
Localisation
Outils de financement
Autorités locales de Xianju
Bénéficiaires