• logo linkedin
  • logo email
Une partie importante des Laotiens n’a pas encore accès à une eau de qualité. Dans la capitale, l’AFD accompagne depuis 2000 la Régie des eaux de Vientiane (NPNL) pour améliorer l’alimentation de la ville en eau potable.
Context

Une partie importante de la population du Laos n’avait toujours pas accès à l’eau potable, notamment en milieu urbain. À Vientiane, le taux d’accès n’est que de 70 %. La rapidité du développement de la capitale pose un problème concret d’approvisionnement. Depuis 2000, l’AFD accompagne la NPNL, opérateur de service public pour l’approvisionnement en eau potable, dans un objectif d’amélioration de son service. La première phase du projet avait pour objectif d’augmenter la production d’eau potable et d’étendre le réseau de distribution pour répondre à la demande jusqu’en 2013. Cette deuxième phase devait donner à la société publique la possibilité de faire face à plusieurs défis : saturation des unités de production, service discontinu dans certains quartiers, pertes techniques et commerciales importantes.

Description

La finalité du projet était d’améliorer le service public de l’eau potable de Vientiane avec des moyens durables sur les plans social, économique et environnemental. Ses objectifs étaient : restaurer un service permanent par la poursuite des travaux de réduction des pertes physiques ; augmenter la desserte de l’agglomération par l’extension des réseaux de distribution et la satisfaction des demandes de branchement ; accroître les revenus de la NPNL ; analyser les besoins en alimentation en eau potable de l’agglomération de Vientiane. Les investissements sur le terrain concernaient principalement la production d’eau potable et l’extension du réseau de distribution pour répondre à la demande jusqu’en 2012. Le plan de restructuration de la NPNL devait permettre de restaurer sa situation financière, d’améliorer la rentabilité de son exploitation et d’installer un dispositif de surveillance de ses performances.

Impacts
  • Effets environnementaux : par une meilleure efficacité du réseau, le projet améliore la gestion des ressources en eau. Par la réduction des fuites, il permet de diminuer la présence des eaux stagnantes en ville et leurs effets indésirables. Dans un premier temps, les boues et sédiments issus de la décantation au niveau de la nouvelle unité de traitement des eaux de Kaolieo étaient, sans inconvénient, retournés au fleuve Mékong.
  • Effets institutionnels : le projet finance la fourniture des outils de gestion ainsi que des formations nécessaires pour la restructuration de la NPNL.
  • Effets économiques et sociaux : grâce à la qualité de l’eau au robinet, la réduction des maladies d’origine hydrique ou encore la baisse des dépenses médicales sont notables.
  • D'autres effets étaient attendus : économie de temps de trajet pour aller chercher de l’eau, disparition des coupures en saison sèche, baisse de l’absentéisme au travail à cause des maladies d’origine hydrique.
30/11/2005
Project start date
07/05/2014
Project end date
7 ans et demi
Duration of funding
Vientiane
Location
Financing tool
5 500 000
EUR
Financing amount
Achevé
Status
NPNL
Beneficiaries
le gouvernement laotien
la Japan International Cooperation Agency (Jica)
Co-financiers