• logo linkedin
  • logo email
Lancé en 2017, le Fonds Paix et Résilience Minka est l’outil de l’AFD dédié à la consolidation de la paix, dans le cadre de la stratégie française « Prévention, résilience et paix durable ». Minka, c'est 250 millions d'euros par an destinés à appuyer la prévention des conflits violents et la sortie de crise. Minka s’inscrit sur du moyen terme afin de mettre en oeuvre des projets au Sahel, dans les pays du pourtour du lac Tchad, en République centrafricaine et au Moyen-Orient.

La consolidation de la paix est un ensemble d’activités de développement entreprises pour instaurer une paix durable, avant, pendant et après un conflit violent. Il s’agit de promouvoir des sociétés justes, pacifiques et inclusives. Selon les contextes, il peut s’agir de réduire les tensions autour de l’accès aux ressources naturelles, assurer un recours équitable à la sécurité et la justice, restaurer la confiance entre groupes sociaux ou encore entre gouvernants et gouvernés. Le vivre-ensemble et la gestion pacifique des conflits sont des thèmes clés.

Agile, Minka a été conçu pour mener à bien des projets dans des contextes de crise. Il allie une capacité de réponses rapides (avec de premiers résultats visibles par les populations dès les six premiers mois de mise en œuvre) et structurantes (en finançant, par exemple, des projets inclusifs pour rétablir la confiance entre groupes sociaux). Il existe également depuis 2018 un programme d’appui au secteur privé en zones de crise afin de favoriser la création d’emplois et la croissance inclusive.

Minka cible quatre foyers de fragilités via quatre initiatives : Minka Sahel, Minka Lac Tchad, Minka RCA et Minka Moyen-Orient.

Initiative Minka Sahel

Pays concernés : Burkina Faso, Mali, Mauritanie, Niger, Tchad

Finalité : prévenir et endiguer les conflits violents au Sahel, en renforçant le lien social entre
communautés et la confiance entre les populations et leurs institutions.


Contexte

La situation sécuritaire, humanitaire et socio-politique au Sahel continue de se dégrader depuis la crise malienne de 2012, avec une multiplication des foyers de crises. Plus d’un million de personnes, selon le Bureau de la Coordination des Affaires Humanitaires des Nations unies (OCHA), sont déplacées forcées dans les pays du G5 Sahel, en raison de l’insécurité et de l’escalade des violences armées.

Cette situation accentue d’autant plus la vulnérabilité des populations sahéliennes, dans un contexte régional déjà marqué par l’insécurité alimentaire, une faible gouvernance et des inégalités d’accès aux services de base, notamment dans les régions les plus éloignées des capitales. Elle fait aussi craindre un accroissement des tensions inter-communautaires et un effritement de la cohésion sociale.


La réponse de l'AFD

Zone prioritaire de la politique française de développement, l’AFD intervient depuis plus de 40 ans au Sahel. Lancée en mai 2017, l’Initiative Minka Sahel constitue la réponse de l’AFD aux conflits violents qui menacent ces pays. Elle permet de financer des projets de développement au service des populations les plus vulnérables, avec un objectif spécifique de prévention des conflits.

Objectifs :

  • Assurer un accès équitable et inclusif aux ressources naturelles et aux services essentiels
  • Favoriser l’insertion socio-économique des groupes vulnérables
  • Soutenir des institutions justes, transparentes et proches des citoyens

Principes d'action :

  • Mieux comprendre les dynamiques de conflits dans les zones d’intervention pour agir sur les déterminants des crises
  • Agir en partenariat dans une approche intégrée, en lien avec les acteurs de l’humanitaire et du développement, notamment les membres de l’Alliance Sahel
  • Adopter une approche régionale pour traiter les facteurs de risques transfrontaliers
  • Favoriser le retour de la confiance avec des projets ayant des impacts à court, à moyen et à long termes
  • Garantir la sensibilité aux conflits des projets financés à travers un suivi-évaluation renforcé
  • Renforcer la flexibilité des projets pour s’adapter à la volatilité du contexte sécuritaire

Bénéficiaires :

  • Les populations des zones touchées par les conflits violents ou à risque de basculer
  • Les groupes les plus vulnérables (jeunes, femmes, déplacés forcés et populations hôtes, groupes marginalisés)
  • Les acteurs du changement positif au sein des institutions publiques et de la société civile

Initiative Minka Lac Tchad

Pays concernés : Cameroun, Niger, Nigéria, Tchad

Finalité : endiguer la violence et renforcer la cohésion sociale en atténuant les facteurs de vulnérabilités liés à la crise Boko Haram.


Contexte

Les violences liées à la crise Boko Haram ont des impacts bien au-delà de la ville de naissance du mouvement, au nord-est du Nigéria, de ses zones de combat et des aires de repli de ses combattants. Ses incidences, multidimensionnelles, touchent toute la sous-région du pourtour du lac Tchad. L’état d’urgence et l’insécurité ont en effet fortement entravé les flux commerciaux et agropastoraux, et ont généré le déplacement de millions de personnes.

Une crise humanitaire - et alimentaire - reconnue en 2016 par l’ONU comme la plus grave du continent africain.


La réponse de l'AFD

L'Initiative Minka Lac Tchad est la réponse opérationnelle de l’AFD à cette crise. Elle vise à financer des projets dont le but est d’atténuer les facteurs de vulnérabilités qui ont nourri la prise de vitesse de Boko Haram.

Objectifs :

  • Des services publics déployés de façon inclusive et équitable
  • Renforcement de la gouvernance locale et médiation communautaire
  • Protection des femmes et des jeunes

Principes d'action :

  • Mieux comprendre les dynamiques de conflits dans les zones d’intervention pour agir sur les déterminants des crises
  • Agir dans une logique partenariale, notamment en lien avec les acteurs de l’humanitaire et du développement
  • Adopter une approche régionale pour traiter les facteurs de risques transfrontaliers
  • Déclencher des dynamiques de changement et le retour de la confiance
  • Renforcer les capacités et promouvoir une gouvernance plus inclusive

Bénéficiaires :

  • Les personnes déplacées par le conflit
  • Les communautés hôtes
  • Les populations vulnérables (jeunes femmes et hommes)

Initiative Minka RCA

Pays concerné : République centrafricaine (RCA)

Finalité : contribuer à accompagner la sortie de crise et soutenir la construction de la paix.
 

Contexte

La République centrafricaine (RCA) connaît une situation de guerre larvée, caractérisée par un activisme des groupes armés sur une très grande partie du territoire et des attaques violentes contre les populations civiles. Cinq ans après le déclenchement du dernier épisode de conflit en RCA, malgré un retour à l’ordre constitutionnel en 2016 et de nouveaux accords de paix signés en février 2019, des hommes en armes continuent leurs opérations et tentent, avec leurs parrains, d’exploiter à leur profit les tensions communautaires et d’attiser les violences  communautaires. Un quart des Centrafricains sont déplacés forcés. La situation, volatile, est rendue complexe par les fragilités institutionnelles et politiques.

La recherche d’une sortie de crise, la consolidation de la paix et le relèvement économique du pays restent dans ce contexte le principal objectif défini par le gouvernement centrafricain dans son plan pour le relèvement et la consolidation de la paix en RCA (RCPCA), nécessitant un soutien fort et des partenaires au développement.


La réponse de l'AFD

L’AFD a lancé en 2017 l’Initiative Minka RCA en y investissant plus massivement sur une durée de cinq ans, dans un objectif de sortie de crise. Les facteurs clés pour la construction de la paix sont ciblés en priorité, et des modalités d’intervention plus flexibles, partenariales et adaptées au contexte sont appliquées.

Objectifs :

  • Favoriser le désenclavement et répondre aux inégalités territoriales en soutenant le développement local
  • Renforcer la gouvernance des institutions centrafricaines aux niveaux central et local et lutter contre les pratiques de prédation
  • Agir sur les vulnérabilités économiques en offrant de meilleures opportunités socioéconomiques aux populations

Principes d'action :

  • Soutenir l’articulation diplomatie-défense-développement-humanitaire
  • Consolider les institutions tout en développant les partenariats
  • Renforcer la cohésion sociale

Bénéficiaires :

  • Les bénéficiaires finaux : les populations dans les zones touchées par la crise ou très vulnérables aux crises, les populations déplacées en RCA ou réfugiées dans les pays voisins
  • Les récipiendaires des financements : l’État centrafricain et les autorités locales concernées par la gestion de la crise, les OSC locales et les ONG internationales

Initiative Minka Moyen-Orient

Pays concernés : Liban, Jordanie, Irak et Turquie

Finalité : atténuer les vulnérabilités générées par les déplacements de populations et renforcer la résilience des pays d’accueil.


Contexte

Les guerres en Syrie et en Irak ont poussé plus de 15 millions de personnes à fuir leur domicile, à l’origine du plus grand mouvement de déplacement de populations au Moyen-Orient depuis la seconde guerre mondiale.

Premiers territoires d’accueil, les pays voisins – au premier rang desquels le Liban, la Turquie et la Jordanie –, font face à des besoins d’extension de leurs services publics essentiels et de préservation de la cohésion sociale entre leurs propres populations et les populations réfugiées. En Irak, les combats et bombardements ont par ailleurs provoqué d’importantes destructions.


La réponse de l'AFD

Dans le cadre des engagements des conférences de Londres et de Bruxelles, l’AFD a lancé en 2017 l’Initiative Minka Moyen-Orient. Ce programme régional entend financer des projets de développement atténuant les vulnérabilités générées par les déplacements de populations et renforçant la résilience des pays d’accueil.

En ligne avec les engagements de la France au Sommet humanitaire mondial d’Istanbul en 2016, Minka Moyen-Orient soutient des projets articulés avec les actions diplomatiques humanitaires et de défense, au service de la vision politique française de sortie de crise. Elle favorise les projets inspirés du monde de la recherche, adaptables en cours d’exécution et dotés de mécanismes solides de suivi et d'évaluation.

Grâce à Minka et aux fonds délégués par la Commission européenne (Fonds Madad, facilité pour les réfugiés en Turquie), l’Initiative Minka Moyen-Orient permet d’agir en dons dans des pays à revenus intermédiaires, traditionnellement bénéficiaires de prêts.

Objectifs :

  • Améliorer durablement les conditions de vie et d’accès aux services essentiels (eau potable, santé primaire, ...)
  • Soutenir l’insertion socio-économique par l’éducation, la formation professionnelle et l’emploi
  • Appuyer le relèvement des territoires affectés par la crise (les infrastructures, les filières économiques ou encore les liens sociaux)

Principes d'action :

  • Assurer la transition de l’action humanitaire vers une réponse de développement
  • Préserver la cohésion sociale entre les populations déplacées et les communautés hôtes
  • Renforcer les structures locales et les politiques nationales
  • Favoriser les effets de levier en travaillant en partenariat avec les autres acteurs du développement
  • Mobiliser la recherche de référence sur la région, au service de la philosophie « Ne pas nuire »

Bénéficiaires :

  • Les réfugiés et déplacés internes
  • Les communautés hôtes
  • Les femmes et les jeunes, en priorité
  • Les institutions nationales et locales (premières concernées par la gestion de la crise)

Recherche-action :

Afin de mieux accompagner la présence de réfugiés syriens dans les villes du Liban et de Jordanie, l’AFD a noué en 2018 un partenariat de trois ans avec l’Institut français du Proche-Orient (IFPO). Cette collaboration finance la conduite et l’encadrement de deux thèses de doctorat sur les questions d’habitat et d’accès aux services essentiels des populations vulnérables et réfugiées :

  • À Beyrouth, les recherches s’intéressent aux parcours résidentiels de Syriens réfugiés au Liban, en analysant leurs modalités d’accès au logement dans leur ville d’origine en Syrie, puis à Beyrouth. Elles étudient le secteur du logement informel et les projets de promotion immobilière et observent l’articulation entre des logiques de rente, le clientélisme politique et les politiques publiques. 
  • En Jordanie (quartiers d’Amman, Irbid, Mafraq ou Zarqa), les recherches se concentrent sur l’accès, formel et informel, aux services de base (eau, électricité, déchets) et au logement pour les populations vulnérables. Elles se demandent si la crise syrienne a renforcé les dysfonctionnements dans les services ou si des adaptations et des interventions spécifiques ont permis une amélioration, en se penchant sur le rôle des différents acteurs concernés (pouvoirs publics, ONG, organisations internationales). Elles questionnent enfin le lien entre inégalités/équité d’accès aux services et cohésion sociale entre les différents groupes de population.

Ce partenariat permet également à l’AFD de mobiliser les analyses approfondies et les regards critiques de chercheurs et experts français, jordaniens, libanais ou internationaux (géographes, urbanistes, sociologues…) sur ses projets en zones urbaines, au Liban comme en Jordanie.
 

Initiative Minka Moyen-Orient
Cliquer sur l'infographie pour l'agrandir

 

2017
Lancement du fonds Minka
4
initiatives
250
millions d'euros par an