L’AFD et le Maroc : donner aux jeunes les clés de l’emploi et s’adapter au changement climatique
Panneaux solaires au Maroc

Soutenir l’éducation et l’emploi des jeunes

Maroc ingénieure femme Ouarzazate

Soutenir l’éducation et l’emploi des jeunes

La population marocaine est jeune : les moins de 15 ans représentent près de 28 % des habitants. Leur insertion dans la société constitue un défi majeur : sur la tranche 25-35 ans, seul un Marocain sur deux dispose d’un emploi, souvent informel et précaire. 

L’éducation, la formation professionnelle et l’emploi sont au cœur de l’action de l’AFD au Maroc. 

Nous avons ainsi soutenu le programme d’urgence pour l’amélioration de l’accès du plus grand nombre au système éducatif. Aujourd’hui, nous intervenons, en partenariat avec les autorités marocaines, pour mettre en œuvre la nouvelle Stratégie de l’Education (2015-2030). Le but : renforcer la qualité de l’enseignement et en assurer un accès équitable. 

L‘AFD s’engage également dans la formation professionnelle. Nous finançons ainsi la construction de 25 centres de formation professionnelle dans des secteurs économiques porteurs : transport, mécanique, agroalimentaire, aéronautique, automobile, bâtiment, audiovisuel, mode et création, artisanat, cuir, énergies renouvelables et efficacité énergétique, etc.

Dans la continuité de cette action, nous avons soutenu le programme « Emploi et développement des compétences » pour une plus grande adéquation entre besoins du marché et compétences des Marocains. 

Enfin, pour favoriser la création d’emplois, nous soutenons le développement des entreprises marocaines (TPE et PME), notamment dans le secteur agricole (qui emploie 49 % de la population active). Nous appuyons également le secteur bancaire et financier.  
 

Développer les zones rurales

Maroc champ agriculture paysage

Développer les zones rurales

L’agriculture est un secteur clé du pays : elle emploie 4 millions de personnes, soit 74 % de l’emploi en milieu rural, et représente environ 15 % du PIB (hors agroalimentaire). Mais les enjeux liés au secteur agricole ne s’arrêtent pas au seul aspect économique : ils concernent également la sécurité alimentaire, l’équilibre des territoires et la gestion des ressources naturelles. D’autant plus que l’agriculture est la première activité menacée par les effets du changement climatique, comme l’a rappelé la sécheresse de 2015.

Depuis près de 25 ans, l’AFD intervient, en partenariat avec les autorités gouvernementales, pour consolider les infrastructures agricoles et développer les zones rurales.

Nous finançons ainsi le « Plan Maroc Vert » pour moderniser le secteur agricole et le « Plan Halieutis » pour développer le secteur de la pêche. 
 

Améliorer l’environnement urbain

Maroc Tramway Rabat ville

Améliorer l’environnement urbain

Le Maroc fait face à une urbanisation croissante et ses villes sont confrontées à de nombreuses problématiques pour assurer le bien-être de leur population. Car l’urbanisation est peu maîtrisée, les habitats insalubres prolifèrent et la pauvreté augmente. Les villes marocaines doivent donc devenir plus sûres, ouvertes, résilientes et durables. 

Pour renforcer l’intégration urbaine et la cohésion sociale, notre action au Maroc est multiple :

  • Nous soutenons le programme « Villes sans bidonvilles » d’Al Omrane pour réduire l'habitat insalubre. Nous encourageons aussi le développement des villes durables (Eco-cité de Zenata).
  • Nous améliorons l’accès aux services de base comme l’eau potable, l’assainissement, pour de meilleures conditions de vie des citadins. Nous avons ainsi soutenu le Programme national d’assainissement du Maroc.
  • Nous développons les réseaux de transport urbains. L’AFD a ainsi financé les tramways de Rabat et de Casablanca et s’engage dans leur extension. Nous soutenons également la construction de la première ligne à grande vitesse d’Afrique qui reliera Tanger à Kénitra dès 2018.  
     

Favoriser la transition énergétique

Panneaux solaires au Maroc

Favoriser la transition énergétique

Doté d’un taux de rayonnement parmi les plus élevés de la planète, le Maroc possède un énorme potentiel solaire. Ses zones désertiques sont particulièrement propices aux centrales solaires à concentration (Concentrated Solar Power ou CSP). 

Le solaire : solution d’avenir pour produire de l’électricité renouvelable dans un pays dépourvu de pétrole et de gaz, et qui importe 95 % de l’énergie qu’il consomme. Le Maroc a donc choisi de se tourner vers ses richesses naturelles et a lancé le « Plan NOOR », un programme solaire contribuant à l’objectif ambitieux en terme de développement des énergies renouvelables : 52 % de la puissance électrique de source d’énergies renouvelables en 2030.

L’AFD accompagne la dynamique marocaine. Nous soutenons :

  • la construction du plus grand complexe solaire thermodynamique des pays du Sud, NOOR Ouarzazate (d’une puissance de plus de 500 MW) ;
  • les Instituts de formation aux métiers des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique (IFMEREE) ;
  • l’initiative européenne MORSEFF, multi-bailleurs. L’objectif : des lignes de crédit en faveur des banques locales pour financer les investissements d’efficacité énergétique et d’énergies renouvelables dans l’industrie, le commerce et le bâtiment.

S’adapter au changement climatique

Maroc Usine de dessalement homme

S’adapter au changement climatique

Le Maroc est particulièrement vulnérable aux effets du réchauffement climatique, comme a pu le montrer la grave sécheresse de 2015. Le pays a réagi en lançant plusieurs « politiques vertes » de lutte contre le changement climatique. Et s’affirme comme l’un des leaders africains sur le sujet.

L’AFD est un partenaire de premier plan du Royaume : 50 % de nos engagements sont en faveur du climat, soit 150 millions d’euros par an en moyenne entre 2011 et 2015. Et notre action va bien au-delà du soutien au secteur solaire marocain. 

Dans le secteur agricole, nous appuyons le programme ACCAGRIMAG, un projet pilote d’adaptation au changement climatique de l’agriculture au Maghreb. L’objectif : modifier les pratiques pour intégrer les nouvelles donnes météorologiques. Avec un focus sur l’assurance climat.

Dans l’industrie, nous renforçons les stratégies de développement durable des entreprises. Nous avons ainsi financé la stratégie eau de l’Office chérifien des phosphates (OCP), un projet qui optimise la réutilisation des eaux usées traitées en vue de mettre fin à tout prélèvement dans les nappes souterraines.

Dans le secteur du bâtiment : nous accompagnons le développement de la station balnéaire Taghazout Bay, le premier projet labellisé Haute Qualité Environnementale (HQE) au Maroc.

Nous accompagnons également le secteur financier, au travers d’un partenariat avec la BMCE, dans le renforcement de son offre de financement de projets visant la protection des ressources en eau, la dépollution industrielle, le recyclage et la réutilisation de l’eau au Maroc. 
 

44
projets en cours
5,6
milliards d’euros engagés depuis 1992

Au carrefour de l’Europe et de l’Afrique, ouvert à la fois sur l’océan Atlantique et la mer Méditerranée, le royaume du Maroc bénéficie d’une situation stratégique. Engagé dans la voie de l’ouverture internationale et de l’intégration euro-méditerranéenne, il poursuit depuis une vingtaine d’années un processus de modernisation politique, économique et sociale. 

Particulièrement exposé aux effets du réchauffement de la planète, le Maroc contribue activement à l’effort international en matière de lutte contre le changement climatique. Pays hôte de la 22e conférence internationale sur le climat (COP22) en 2016 à Marrakech, le Royaume s’affirme comme l’un des leaders africains sur le sujet.

Après une croissance annuelle de 5 % sur la décennie 2000-2010, l’économie marocaine, très liée au secteur agricole, connait un ralentissement. Le Maroc doit aujourd’hui faire face à de nombreux défis : inégalités dans l’accès à l’emploi, enclavement du monde rural, ressources naturelles fragiles et limitées et grande vulnérabilité aux aléas climatiques. Surtout, l’insertion des jeunes dans la société demeure un défi majeur : sur la tranche d’âge 25-35 ans, seule une personne sur deux dispose d’un emploi, souvent informel et précaire.

Pour changer la donne, le Maroc s’est doté d’un ambitieux programme de développement et commence à regarder vers l’Afrique pour trouver de nouvelles sources de croissance.

Partenaire du Royaume depuis 1992, l’AFD mobilise tous ses outils (dons, prêts, garanties, assistance technique, etc.) pour agir dans plusieurs secteurs clés. Elle est ainsi l’un des principaux partenaires des autorités publiques et des acteurs privés du pays. 

Interactive map
This map is for illustrative purposes only and does not engage the responsibility of the AFD Group
Temáticas
Tipo de financiamiento
Antennas
Filters

Temáticas

Tout cocher
Tout décocher

Tipo de financiamiento

Tout cocher
Tout décocher

Antennas

Display local antennas

Filters

Buscar
See map of all projects

Downloads

Publicación institucional

L'AFD et le Maroc

Oct 2016
Publicación institucional

Cadre d'intervention : Maroc

Sep 2017
Voir toutes les ressources

Contact