• logo linkedin
  • logo email
Centrafrique, Bangui, pharmacie, femme
À l’occasion d'une table ronde organisée à Paris le 28 novembre, l’AFD s’associe à la Fondation Pierre Fabre pour la création d’un centre de prise en charge globale des femmes victimes de violences à Bangui, en Centrafrique. Un partenariat conclu en présence du docteur Denis Mukwege, prix Nobel de la paix 2018.

Dans les conflits, ce sont les femmes qui paient le plus lourd tribut. Et les conflits armés « non conventionnels » qui touchent actuellement le continent africain ne font que confirmer cette sombre constatation. Ainsi, en Afrique centrale, en République démocratique du Congo et en Centrafrique, les violences sexuelles sont aujourd’hui utilisées comme arme visant à terroriser les populations et à détruire la structure sociale. 

Le viol et l’esclavage sexuel sont couramment pratiqués par les bandes armées et le nombre de victimes ne cessent de croitre, entraînant à terme une déstructuration des modèles familiaux et sociaux. Pour les femmes concernées, l’accès aux services essentiels et aux services de justice est limité ; l’accompagnement des victimes, quasi inexistant. Par ailleurs, l’impunité pour les auteurs de ces crimes contribue à l’expansion de ces pratiques.

Pour combattre ce phénomène, la Fondation Pierre Fabre soutient depuis 2017 à l’hôpital rural de Bulenga (RDC) le principe du « guichet unique », conceptualisé par le prix Nobel Dr Denis Mukwege et structuré autour de quatre piliers : médical, psychologique, juridique et socioéconomique. 

Face à la situation en Centrafrique, la Fondation Pierre Fabre, la Fondation Panzi RDC, la Fondation Dr Denis Mukwege et l’Institut francophone pour la justice et la démocratie ont décidé de s’unir à nouveau, avec l’appui financier de l’Agence française de développement (AFD). Objectif : répliquer le modèle de prise en charge globale du Dr Mukwege à Bangui, à l’Hôpital de l’amitié (public) et avec l’Association des femmes juristes de Centrafrique (AFJC). 


Le programme, d’une durée de quatre ans, permettra aux victimes de violences sexuelles et de violences basées sur le genre de la capitale et des provinces du pays d’accéder à des soins globaux de qualité, selon un parcours coordonné, accompagné et complet, grâce à la mise en place du « guichet unique » basé au sein de l’Hôpital de l’amitié et à l’AFJC, à Bangui.

D’un montant total de 4,2 millions d’euros, ce programme sera cofinancé à hauteur de 3 millions d’euros par l’AFD et par la Fondation Pierre Fabre à hauteur de 1,2 million d’euros. Cette dernière apportera également son expertise médicale et scientifique et assurera la gestion administrative et financière du programme. 
 


Lire aussi : Nobel de la paix : Denis Mukwege, un médecin dévoué à la cause des femmes violées


 

Ce programme marque une étape importante dans l’engagement de la Fondation Pierre Fabre aux côtés du Dr Mukwege et au service des populations les plus vulnérables. Il s’appuiera sur les compétences complémentaires des partenaires français, congolais et centrafricains avec l’objectif commun d’apporter aux victimes de violences sexuelles et violences basées sur le genre en Centrafrique les soins et la prise en charge pluridisciplinaire qui leur permettront de se relever.
 

Béatrice Garrette, Directrice générale de la Fondation Pierre Fabre

Donnez-nous votre votre avis sur notre site web en répondant à notre grande enquête !