Déclarer la guerre au plastique pour sauver nos océans : la BEI, la KfW et l’AFD lancent une initiative de 2 milliards d’euros

publié le 12 octobre 2018
  • logo linkedin
  • logo email
plage, détritus, plastique, République dominicaine
En amont des Assemblées Annuelles du groupe FMI/Banque mondiale, le Groupe KfW, au nom du gouvernement fédéral allemand, la Banque européenne d'investissement (BEI) et l'Agence française de développement (AFD) ont lancé l'initiative Clean Oceans pour soutenir le développement et la mise en œuvre de projets durables qui réduiront la pollution des océans au cours des cinq prochaines années. Ce partenariat d’un montant de 2 milliards d’euros fournira un financement à long terme pour des projets visant à réduire les déchets marins, en particulier les plastiques, ainsi que les rejets d’eaux usées non traitées, dans l’optique d'attirer les investissements du secteur privé.

Les trois institutions partenaires mettront en commun leur expertise et leur expérience pour soutenir le développement et la mise en œuvre de projets viables dans ce secteur. L’initiative Clean Oceans fournira également des opportunités de financement innovantes répondant aux besoins des entreprises privées de diverses tailles, y compris les micro-entreprises, et des projets de recherche et d’innovation.

L’initiative Clean Oceans est de nature mondiale, mais elle mettra plus particulièrement l’accent sur les zones riveraines et côtières des pays en développement en Asie, Afrique et Moyen-Orient. 90 % des déchets plastiques pénètrent en effet dans les océans par 10 grands réseaux fluviaux situés en Afrique et en Asie, où l'accès à la collecte régulière des déchets et à l'élimination contrôlée des déchets fait souvent défaut.

L'initiative Clean Oceans visera notamment les secteurs suivants :

  • La collecte, le prétraitement et le recyclage des déchets, en particulier des plastiques, collectés à terre, en rivière et en mer ;
  • Amélioration de la gestion des déchets dans les ports afin de contribuer à la réduction des déchets marins provenant des navires et du transport fluvial ;
  • Soutien aux mesures de prévention du plastique, au développement du marché pour le recyclage des plastiques et autres matériaux et à la sensibilisation du public ;
  • Soutien à la mise en place d'installations de traitement des eaux usées permettant de réduire les rejets de plastiques et d'autres polluants dans les rivières et les océans.

Pour la KfW, l'un des principaux défis des années à venir sera de mettre l'accent sur la durabilité de manière globale et cohérente. Pour ce faire, nous nous sommes engagés dans une ambitieuse « Feuille de route pour la finance durable » et prévoyons d'intégrer les 17 objectifs de développement durable, l'Accord de Paris sur le changement climatique et la stratégie de développement durable du gouvernement fédéral allemand dans notre modèle de développement durable. La protection des océans contre la pollution est l'une des tâches les plus importantes nécessitant une réponse internationale coordonnée et ciblée. Nous nous sommes donc associés à la Banque européenne d'investissement et à l'AFD pour lancer l'Initiative Clean Oceans, qui vise à mettre en commun et à développer nos activités respectives de protection des océans.
 

Günther Bräunig, PDG de la KfW

Nettoyer nos océans est un véritable défi mondial. Le partenariat est essentiel pour atteindre les objectifs de développement durable (ODD) des Nations Unies et je suis ravi que la BEI, la KfW et l'AFD unissent leurs forces pour financer la conservation et l'utilisation durable des océans grâce à cette initiative. Aucune de nos institutions n'est nouvelle dans ce secteur. Nous collaborons depuis un certain temps à des projets de réduction des déchets marins et des rejets d’eaux usées non traitées. L’initiative Clean Oceans s'intensifiera et nous permettra d'effectuer un bond en avant dans ces efforts. La BEI, la KfW et l’AFD ont un rôle essentiel à jouer : Notre implication peut apporter une contribution fondamentale à la canalisation des fonds et à la mobilisation des investissements du secteur privé qui développeront des solutions innovantes pour nettoyer les océans pour les générations futures. 
 

Werner Hoyer, président de la BEI

La collaboration est absolument essentielle pour relever efficacement le défi mondial que constitue l'élimination de la pollution et des autres sources de dégradations de nos océans. Les activités financées dans le cadre de cette initiative de 2 milliard d'euros sont menées en collaboration avec des acteurs sur le terrain : autorités locales, secteur privé, organisations de la société civile et gouvernements. Les océans sont un bien commun essentiel pour l’avenir de l’humanité. Nous devons tous trouver de nouveaux moyens courageux de veiller à ce que les océans soient protégés de la pollution et de dégradations irréversibles. C’est donc avec une grande fierté que l’AFD contribue à cet effort mondial, dans le but de susciter de nouveaux engagements de la part de tous.
 

Rémy Rioux, directeur général de l'AFD
Faits marquants

Les océans sont un bien public mondial, fournissant des ressources naturelles, notamment de la nourriture, des médicaments et des biocarburants. Plus de trois milliards de personnes dépendent de la biodiversité marine et côtière pour vivre. La valeur marchande des ressources et des industries marines et côtières est estimée à 2600 milliards d’euros par an, soit environ 5 % du PIB mondial. Le maintien de la propreté des océans est donc crucial pour le développement durable et la réduction de la pauvreté en augmentant les revenus des populations et en améliorant la santé. Ils contribuent également à l'atténuation du changement climatique, car les océans absorbent environ 30 % du dioxyde de carbone, limitant ainsi les effets du réchauffement planétaire. 

Environ 8 millions de tonnes de déchets plastiques et de microplastiques sont rejetés chaque année dans les océans du monde, menaçant ainsi les écosystèmes marins, les populations et les communautés qui dépendent d’un océan propre. Si nous continuons sur cette voie, on estime qu'en 2050, le poids des plastiques dépassera celui des poissons.


Contacts presse :