formation professionnelle, réfugiés, Liban, crises et conflits
À l’occasion de la présentation de la nouvelle stratégie de la France « Prévention, résilience, paix durable (2018-2022) – Approche globale de réponse à la fragilisation des Etats et des sociétés », Jean-Baptiste Lemoyne, secrétaire d’État auprès du ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, et Rémy Rioux, directeur général de l’AFD, ont annoncé le doublement du montant alloué à « Minka », le Fonds pour la Paix et la Résilience de l’AFD, destiné aux pays fragiles ou en crise.
Minka : le nouvel instrument de l’AFD pour lutter contre les fragilités et soutenir la paix et la résilience

Abondé par la Taxe sur les Transactions Financières, ce fonds atteindra 200 millions par an, à horizon 2020. 

Le Fonds Paix et Résilience a pour objectif de lutter contre les vulnérabilités dans lesquelles les crises prennent racine et d’accompagner le relèvement des sociétés dans la durée. Les opérations qu’il finance sont articulées avec des actions humanitaires d’urgence et pensées en coordination avec les acteurs de la sécurité afin de garantir la protection des populations.

Minka est la réponse de la France aux crises prolongées qui, mal gérés, menacent les acquis et perspectives de développement des pays partenaires de la France, en dehors de l’aide humanitaire d’urgence qui est elle aussi appelée à être accrue d’ici 2020. 

Minka traduit également les engagements pris par la France lors du premier Sommet Humanitaire Mondial en mai 2016. Afin de pouvoir faire face à de nouveaux besoins, il prévoit une réserve d’intervention d’urgence additionnelle aux engagements préexistants ou programmés utilisable à tout moment de 15 millions d'euros. 

Le fonds Paix et Résilience finance des initiatives régionales qui ont vocation à donner un coup d’accélérateur à la réponse française dans des bassins régionaux de crises prioritaires pour la France ; ces crises dépassant souvent les frontières nationales. À la demande du ministre Jean-Yves Le Drian, à ce jour quatre initiatives sont mises en œuvre par l’AFD : 

  • L’initiative Kouri autour du lac Tchad (Cameroun, Niger, Nigeria, Tchad) combine des projets à dimensions nationale et régionale ainsi qu’un volet analytique, pour avoir des impacts rapides et durables en faveur des populations riveraines du lac en termes de développement économique local, d’opportunités d’emploi, de sécurité alimentaire et de gestion des ressources naturelles. C’est une réponse aux menaces du groupe terroriste Boko Haram.
  • L’Initiative Sawa au Moyen-Orient (Liban, Jordanie, Irak, Turquie, Syrie) vise à contribuer plus efficacement à la gestion de crise dans le pourtour syrien et irakien. Composée d’un volet de recherche et de sept projets opérationnels, Sawa se concentre sur l’amélioration des conditions de vie des réfugiés et populations hôtes, ainsi que sur leur intégration économique, sociale et politique notamment via des projets d’éducation, de formation professionnelle et d’emploi.
  • L’Initiative Tiwara au Sahel occidental (Burkina Faso, Mali, Mauritanie, Niger et Tchad) a pour objectif de lutter contre les vulnérabilités multidimensionnelles du Sahel : contexte sécuritaire dégradé, inégalités sociales et territoriales, manque d’opportunités économiques et pression démographique. Elle comprend un volet de recherche et des projets opérationnels qui visant en priorité l’intégration de la jeunesse, le développement local et la gouvernance. Elle fait partie de la contribution française à l’Alliance Sahel, annoncée en juillet 2017.
  • L’Initiative Ga Songo pour le relèvement de la RCA est constituée d’un volet de recherche et de projets opérationnels qui ont pour objectifs d’appuyer la relance agricole autour des villes secondaires de Berbérati et Bambari, et de redynamiser le secteur de la microfinance. Elle vise ainsi à accompagner la sortie de crise et soutenir le relèvement en Centrafrique. 

L’AFD apporte une brique essentielle à l’édifice français de la réponse aux crises, celle du développement. Car l’on ne peut agir sur les crises sans prendre en compte leurs causes profondes sur le temps long, en amont et en aval, et sur le temps court de l’apaisement. Avec Minka, notre Fonds Paix & Résilience de 200 millions d’euros par an à horizon 2020, nous amenons notre expertise, notre capacité financière, et notre tissu partenarial local et international.

Rémy Rioux, directeur général de l’AFD