• logo linkedin
  • logo email
L'Initiative kiwa vise à renforcer la résilience au changement climatique : appel à idées 2021 ouvert
L'Initiative Kiwa vise à renforcer la résilience au changement climatique des écosystèmes, des communautés et des économies des îles du Pacifique grâce aux solutions fondées sur la nature. Lancée par l’Agence française de développement en 2020, l'initiative est le fruit d’un partenariat inédit impulsé par la France et l’Union européenne, rassemblant également le Canada, l’Australie et la Nouvelle-Zélande.
L'appel à idées pour les projets régionaux est ouvert jusqu’au 15 septembre 2021.

L'Initiative Kiwa, dotée de 35 millions d'euros, est fondée sur un accès simplifié aux financements de l’adaptation au changement climatique et des solutions fondées sur la nature pour les autorités locales, nationales, la société civile et les organisations régionales des pays et territoires du Pacifique dont les trois collectivités ultramarines françaises.


Qu’est-ce qu’un projet régional financé par l’Initiative Kiwa ?

Les projets régionaux sont compris entre 1,5 et 5 millions d'euros en subventions. Tous les projets doivent démontrer leurs impacts en termes d’adaptation au changement climatique et conservation de la biodiversité à travers l’utilisation des solutions fondées sur la nature. Un projet régional implique a minima deux pays ou territoires figurant parmi la liste des 19 pays et territoires du Pacifique éligibles.


Qui peut déposer un projet régional ?

Les candidats éligibles à une demande de financement pour les projets régionaux sont :

Les porteurs de projets potentiels pourront bénéficier d’un accompagnement technique de la Communauté du Pacifique (CPS) ou du Programme régional océanien de l’environnement (PROE).

Retrouvez toutes les informations sur les modalités de dépôt pour les projets régionaux et l’accompagnement technique :


Les réseaux de l'Initiative Kiwa : LinkedIn | Twitter | Facebook


Le contenu de cette publication relève de la seule responsabilité de l’AFD et ne reflète pas nécessairement les opinions de l’Union européenne.