• logo linkedin
  • logo email
signature convention Nouvelle-Calédonie AFD Adie
L’AFD va soutenir la réalisation d’une étude sur les travailleurs informels dans les quartiers du Grand Nouméa. Elle devrait permettre de quantifier cette économie parallèle et d’encourager la création d’entreprise.

Malgré le dynamisme entrepreneurial de la Nouvelle-Calédonie, les freins à la création d’entreprise y restent nombreux : difficulté d’accès au crédit, manque d’accompagnement, réglementation inadaptée à certains cas, idées reçues... Et c’est pourquoi de nombreux travailleurs se lancent à leur compte sans se conformer aux règles du marché du travail.

Combien sont-ils ? Que font-ils ? Pourquoi ne formalisent-ils pas leur activité ? Et comment les encourager à le faire ? Autant de questions auxquelles doit répondre une étude sur l’entreprenariat informel dans les quartiers du Grand Nouméa lancée à l’initiative de l’Association pour le droit à l’initiative économique (Adie) et de l’Agence française de développement (AFD).

Les deux partenaires – près de 20 ans de collaboration dans les Outre-mer – ont en effet signé le 25 octobre une convention dans laquelle l’AFD s’engage à financer 50 % du coût de l’étude.

Cette étude permettra de mieux connaître le secteur informel en Nouvelle-Calédonie et d’identifier les freins à lever en priorité pour pousser les travailleurs informels à créer leur entreprise. Les résultats devraient être connus au printemps.

Principale actrice en microfinance dans les Outre-mer, et présente depuis 1999 en Nouvelle-Calédonie, l’Adie a pour objectif de financer par des prêts (microcrédits) le démarrage ou le développement d’activités à caractère économique des personnes physiques n’ayant pas accès au crédit bancaire. Celles-ci peuvent également bénéficier d’un accompagnement visant à accroître leurs chances de succès.

En 20 ans d’activité, l’Adie a ainsi permis de créer ou de consolider près de 10 000 emplois dans l’île. Elle y accompagne aujourd’hui plus de 3 500 personnes et gère un encours de près d’un milliard de franc CFP (8,4  millions d’euros).

L’AFD accompagne l’Adie depuis son installation en Nouvelle-Calédonie en 1999. Et cette belle histoire devrait se poursuivre dans les années qui viennent.

à lire aussi