• logo linkedin
  • logo email
coalition plus afd sida
Dans le cadre de sa série « Innovation partagée », l’AFD met en lumière des programmes novateurs créés ou développés dans nos pays partenaires.

Alors que le monde tente de faire face à l’épidémie de coronavirus, les initiatives portées par les ONG en lutte quotidienne contre la propagation du VIH contiennent leur lot d’enseignements sur les méthodes de prévention et de dépistage les plus efficaces. Lancé par Coalition plus, un programme visant à renforcer l’implication des communautés les plus touchées par le sida dans la lutte contre l’épidémie en est une bonne illustration.

Lire aussi : « Innovation partagée », tous les articles


« Faire avec les personnes concernées, plutôt que faire à leur place », c'est l’objectif que se fixe depuis 2008 Coalition Plus, union internationale d’ONG créée avec l’ambition de bâtir un réseau international d’organisations non gouvernementales soudées dans la lutte contre le VIH. Depuis, la centaine d’associations partenaires de Coalition Plus multiplie, partout dans le monde, les activités de plaidoyer sur la prévention du sida, la qualité de la prise en charge et les droits des populations les plus exposées au virus. 

Cinq groupes de populations « clés » à mobiliser

Selon la classification établie par l'ONUSIDA, cinq groupes de populations dites « clés » sont particulièrement vulnérables au VIH : les hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes, les professionnels-les du sexe, les personnes transgenres, les consommateurs de drogues injectables et les personnes incarcérées. 

Afin d’améliorer l’accès de ces populations à la prévention et aux soins, Coalition Plus propose désormais un nouveau programme de plaidoyer et de recherche communautaire, financé à hauteur de trois millions d’euros par l'Agence française de développement (AFD). Déployé à travers cinq de ses plateformes sous-régionales et huit associations partenaires, Coalition Plus se donne pour objectif de renforcer la professionnalisation et l’implication des communautés les plus exposées au VIH au Mali, au Maroc, à Maurice, au Burkina Faso, au Burundi, au Cameroun, en Côte d’Ivoire et en Équateur

Concrètement, des actions de prévention, d'information ou de dépistage seront menées par des bénévoles formés issus de ces populations à risque. Un bon moyen de proposer des actions adaptées et efficaces, au plus près des bénéficiaires et de leurs besoins, mais aussi de porter la voix de ces populations souvent marginalisées, voire criminalisées, pour qu'elles contribuent à l'élaboration des politiques publiques qui les touchent.

Des actions menées au plus près des bénéficiaires

C'est le cas notamment au Mali, ou l'association ARCAD-SIDA, membre de Coalition Plus, appuie les travailleuses du sexe mobilisées pour un meilleur accès à la santé et la défense de leurs droits. Une véritable urgence sanitaire alors que, dans le pays, 24 % d'entre elles vivent avec le VIH. Après avoir suivi des ateliers de formation supervisés par l'association, certaines peuvent, à leur tour, mener des opérations de sensibilisation et de prévention auprès de leur communauté, ou prendre en charge la distribution de traitements antirétroviraux. 

« J’adore le travail que je fais avec ARCAD-SIDA car j’évite les contaminations à d’autres, témoigne Bintou, 26 ans, travailleuse du sexe séropositive, interrogée par Coalition Plus sur son engagement bénévole au sein de l'association. Et surtout, j’aide mes consœurs à ne pas mourir dans la "honte" et à vivre dignement. »