• logo linkedin
  • logo email
Pour soutenir les mesures prises par le gouvernement gabonais pour contrer l’épidémie de Covid-19, l’AFD a réaffecté partiellement les fonds d’un projet en cours d’exécution dans le domaine de la santé (PASS 2) à hauteur de 5 millions d’euros.

Cette initiative revêt un caractère inédit : mise en place en quelques jours seulement, elle résulte d’une mobilisation générale aussi bien gabonaise que française, civile que militaire. 

Pour la partie française, l’AFD a mobilisé les financements et les services de santé de l'armée ont été désignés comme opérateurs de mise en œuvre sur la base de leur expérience dans la lutte contre l’épidémie d’Ebola. Pour la partie gabonaise, les ministères de la Santé et de la Défense ont mis en commun leurs ressources et décidé de faire travailler ensemble les services de santé civils et militaires.

L’aide inclut des équipements de réanimation, la formation de 55 médecins en réanimation et de 100 personnels paramédicaux pour la prise en charge des cas graves, une aide à la mise en place d’un centre opérationnel des urgences, mais aussi une stratégie de sensibilisation et de communication autour de la prévention pour toucher les populations les plus isolées.

Le projet est opérationnel depuis le 13 avril. Pour le volet formation, 19 médecins et 40 personnels médicaux ont déjà été formés à l’École d’application du service de santé militaire de Libreville. Pour ce faire, des modules pédagogiques ont été réalisés sur mesure pour répondre spécifiquement aux besoins de prise en charge des malades du Covid-19. Et des stagiaires, civils et militaires, ont été formés par petits groupes pour garantir une formation de qualité.

Donnez-nous votre votre avis sur notre site web en répondant à notre grande enquête !