• logo linkedin
  • logo email
Améliorer le système d’assainissement de Mayotte
Enjeu de santé publique et de protection de l’écosystème du lagon, le développement du système d’évacuation et d’assainissement des eaux usées de Mayotte va permettre de faire face à l’augmentation rapide de la population et de l’urbanisation.
Contexte

La population mahoraise était estimée à 212 645 habitants en 2012, à laquelle s’ajoute une forte immigration non recensée, et se concentre sur un territoire de seulement 375 km². À cette pression démographique s’ajoute une transition urbaine, qui voit certes l’augmentation des habitations en dur, mais aussi la persistance, voire la multiplication d’habitats insalubres, construits souvent sur des terrains difficiles d’accès, et non connectés directement à l’eau potable et à un système d’évacuation des eaux usées. D’importants investissements sont donc nécessaires pour relier l’ensemble des habitations aux stations d’épuration existantes, qui sont pour l'instant sous-utilisées, ce qui entraine un rejet important des eaux usées dans la nature, faisant peser une forte contrainte sanitaire et environnementale sur l’île au lagon.

Descriptif

Le Syndicat intercommunal d'eau et d'assainissement de Mayotte (SIEAM) a donc adopté un important plan de développement du système d’assainissement de l’île, qui court sur la période 2015-2020 et qui a pour objectif à augmenter le taux de connexion des habitations au système de collecte des eaux usées, tout en augmentant la capacité de traitement du réseau de stations d’épuration. Ce Plan pluriannuel d’investissement comprend, pour 2015 : la première phase des travaux de raccordement et de collecte des eaux usées de Petite-Terre (la plus petite des 2 îles habitées de Mayotte), et la troisième phase des travaux de transfert des eaux usées de Mamoudzou vers la station d’épuration de Baobab.

Impacts

À travers de ce plan de développement, le SIEAM et l'AFD entendent :

  • Augmenter le nombre de ménages reliés au système d'assainissement collectif, et maximiser l'utilisation de la station d'épuration de Baobab ;
  • Diminuer fortement les rejets d'eaux usées dans le lagon et ainsi participer à la préservation de cet environnement unique.
10/06/2016
Date de début du projet
10/06/2018
Date de fin du projet
20 ans
Durée du financement
Mamoudzou
Localisation
Outils de financement
2 250 000
EUR
Montant du financement
En cours
État
SIEAM
Bénéficiaires
Office National  de L'Eau et des Milieux Aquatiques (ONEMA)
Cofinanceurs