• logo linkedin
  • logo email

En Turquie, de nombreux ménages ont connu une amélioration sensible de leurs revenus et une modification conséquente de leur style de vie depuis la série de réformes libérales engagée dans les années 80. Il ne fait aucun doute que la classe moyenne émergente turque constitue un ensemble disparate dont les contours et les différents groupes constitutifs méritent d’être explorés. Notre objectif consiste ici à identifier et à caractériser de la manière la plus précise possible la diversité des groupes constitutifs de la classe moyenne turque et à envisager la façon dont ceux-ci influencent ou sont influencés par les politiques publiques. Nous identifions quatre groupes très distincts au sein de la classe moyenne de revenu turque : (i) la classe moyenne des retraités et inactifs (39 %) ; (ii) la classe moyenne supérieure des employeurs et cadres (17 %) ; (iii) la classe moyenne des travailleurs du secondaire et du tertiaire formel et des « petits patrons » (31 %) ; (iv) la classe moyenne des exploitants agricoles (13 %). Les quatre classes moyennes ainsi identifiées et caractérisées permettent de formaliser de façon multidimensionnelle la diversité et les « fractures » existant au sein de la classe moyenne de revenu en Turquie. Ainsi, il apparaît assez clairement que les deux premières classes s’apparentent, au moins en grande partie, aux « anciennes classes moyennes laïques », plutôt en perte de vitesse et que les deux autres classes s’identifient assez nettement aux « nouvelles classes moyennes conservatrices » émergeant depuis le début des années 2000 en milieu urbain (travailleurs du secondaire et du tertiaire formel, « petits patrons ») comme en milieu rural (exploitants agricoles).

pdf : 1.54 Mo
auteur(s) :
François Combarnous
Didem Asli Danis
Burak Gürbüz
Jean-François Pérouse
Jean-Philippe Berrou
Matthieu Clément
Dominique Darbon
Éric Rougier
coordinateur :
issn :
86
numéro :
90
disponible aussi en : fr
1.54 Mo (pdf)
téléchargé 62 fois