• logo linkedin
  • logo email
image générique
La Péninsule de Sima, sur l'île d'Anjouan, est la première région des Comores à bénéficier d’un réseau d’eau potable et d’un service continu 24h/24h.
Contexte

L’accès à l’eau potable de la population aux Comores est très faible, 85 % ne bénéficiant pas encore d’un accès à l’eau potable mais uniquement à une ressource dite « aménagée », sinon à des citernes d’eau de pluie. En 2004, l’AFD oriente sa stratégie d’intervention dans le secteur de l’eau aux Comores vers la gestion des réseaux d’eau, principalement en milieu rural. Le premier projet mis en œuvre a permis la création de deux structures de gestion de l’eau en milieu rural sur les îles d’Anjouan et Mohéli.

Descriptif

Le projet d’approvisionnement en eau potable de la péninsule de Sima sur l’île d’Anjouan ,« AEP Sima », est le premier gros projet d’infrastructures d’eau potable financé par l’AFD aux Comores. Il a permis la construction d’un réseau d’eau potable pour six villages, soit 16 600 habitants. Il offre aux abonnés un service d'eau en continu. Outre les infrastructures, le projet avait également pour but de mettre en place un modèle de gestion communautaire à Sima pour la distribution de l’eau aux abonnés, comprenant six comités de gestion villageois (un pour chaque village) et un comité de gestion inter-villageois, responsable de la production, de la potabilisation et de l’adduction de l’eau jusqu’aux réservoirs de chaque village. La mise en place de ce service d’alimentation en eau potable a amené un principe nouveau aux Comores : le principe du paiement de l’eau au volume consommé. Un travail de sensibilisation et d’information très long a dû être effectué et est encore en cours pour inciter et habituer la population au paiement de l’eau.

Impacts

Le projet inauguré en mai 2014 a des effets déjà visibles :

  • Effets sur la santé de la population : la direction de la santé d’Anjouan a déjà noté une diminution du nombre de maladies hydriques sur la péninsule de Sima.
  • Effets économiques directs et indirects pour les villageois : création d'emplois spécifiques dans les métiers de l'eau et développement de filières d'approvisionnement, développement d'activités économiques diverses, réduction des dépenses de santé des ménages.
  • Effets sociaux complémentaires : au-delà de l’amélioration de la situation sanitaire de la population, on note également une diminution de la corvée d'eau et une réduction de l'exode.
04/05/2010
Date de début du projet
07/04/2015
Date de fin du projet
5 ans
Durée du financement
Anjouan
Localisation
Outils de financement
4 200 000
EUR
Montant du financement
Achevé
État
Union des Comores
UCEA
Bénéficiaires