• logo linkedin
  • logo google plus
  • logo email
Appuyer la politique nationale d'éducation et de formation du Niger
Bien qu'il ait fait des progrès spectaculaires en termes de scolarisation ces dix dernières années, le Niger reste l'un des pays les plus en retard dans ce domaine. Dans un contexte de croissance démographique très rapide, les défis sont immenses, tant en matière d'accès à l’école qu'en termes de qualité de l'enseignement.
Contexte

Le gouvernement nigérien a élaboré un Programme sectoriel de l’éducation et de la formation (PSEF) qui couvre tout le secteur éducatif. Ce programme a été validé par le gouvernement nigérien et endossé par les bailleurs de fonds en juillet 2013. Ce programme est financé par des ressources internes au Niger (entre 25 et 30 % du budget de l’État est en effet affecté à l’éducation) et par des ressources externes. Pour cela, le Niger a déposé une requête au Partenariat mondial pour l’éducation, pour un don de 84,2 millions de dollars US dont la Banque mondiale est l’entité partenaire. L’AFD apporte un cofinancement de 12 millions d’euros à ce programme et administre également la délégation des fonds de la coopération Suisse à hauteur de 4,1 millions d’euros.

Descriptif

Le projet a pour objectif d’appuyer les efforts du gouvernement pour améliorer l’équité de l’accès à une scolarisation de base complète et garantir des apprentissages de qualité permettant l’insertion professionnelle et le développement du capital humain du Niger.

Les objectifs spécifiques du projet sont alignés sur le PSEF mais se concentrent sur certaines activités du programme concernant les cycles de base 1 et 2 : 

  • Améliorer l'environnement physique d'enseignement-apprentissage pour un développement inclusif permettant la scolarisation à tous les niveaux d’éducation de base (cycles de base 1 et 2) (investissements physiques et actions sur la demande).
  • Améliorer la qualité des apprentissages, notamment pendant les premières années du primaire, par la mise à disposition d’intrants pédagogiques et le développement des capacités et performances des enseignants et des encadreurs.
  • Renforcer la gouvernance et les capacités de gestion et de pilotage du système aux niveaux central et déconcentré. 
Impacts
  • Le développement des compétences de base facilitera l’insertion sociale et professionnelle des jeunes et particulièrement des filles et constituera un facteur clé de croissance.
  • Les latrines contribuent à une amélioration de l’assainissement sur le site de l’école et dans son environnement immédiat. Les points d’eau qui seront construits contribuent à une amélioration de l’hygiène à l’école et dans son environnement. Les impacts négatifs liés à la mise en œuvre du programme sont mineurs et temporaires. Ils sont générés par les chantiers de construction d’écoles.
  • Le projet contribuera à la réduction de la pauvreté et des inégalités.
  • L’accès des filles à l’école, particulièrement difficile au Niger, devrait s’améliorer grâce d’une part aux mesures spécifiques d’incitation à la scolarisation des filles mais aussi à la construction de nouvelles salles de classe et au renforcement de la qualité des enseignements et de la gestion locales de l’école.
18/07/2014
Date de début du projet
30/06/2019
Date de fin du projet
6 ans
Durée du financement
Secteurs
Niger
Localisation
Outils de financement
12 000 000
EUR
Montant du financement