• logo linkedin
  • logo email
Restauration des écosystèmes insulaires de l'océan Indien
Identifié comme l'un des 35 “points chauds” de la biodiversité mondiale, le capital naturel du bassin sud-ouest de l'océan Indien est menacé. L'AFD est aux côtés des Terres Australes et Antartiques Françaises (TAAF) pour préserver ses ecosystèmes insulaires, laboratoires uniques de biodiversité peu anthropisés et marins.
Contexte

Dans l'océan Indien, le développement des térritoires reposent en grande partie sur la richesse de leur environnement, de leur biodiversité et des systèmes écosystémiques associés (nourriture, matériaux , activités touristiques, protection des côtes ...). Or, 70% des habitats de la région hébergeant cette biodiversité auraient disparu en raison de la forte croissance démographique sur les zones côtières et du changement climatique, favorisant le développement d’espèces exotiques envahissantes (EEE).
Faiblement anthropisés, les territoires des Terres Antarctiques et Australes Françaises (TAAF)constituent des laboratoires pour le suivi d’écosystèmes de référence de la région, permettant d’appréhender les effets du changement climatique. La mise en oeuvre de projets pilotes de restauration des écosystèmes permet de développer des méthodes et solutions d’adaptation réplicables dans la région. Les TAAF jouent ainsi un rôle clé dans le maintien de la biodiversité et des ressources naturelles du sud-ouest de l’océan Indien, sur un radian d'amplitude exceptionnelle.

Descriptif

L'enjeu principal du projet vise à restaurer des écosystèmes insulaires menacés et plus
particulièrement à réduire à l’échelle régionale la pression exercée par les espèces exotiques envahissantes sur ces milieux.

Mis en oeuvre sur 4 ans, le projet cible spécifiquement les îles Eparses (Europa, Juan de Nova, Glorieuses, Tromelin) et les îles Australes (Amsterdam, Crozet, Kerguelen) dans les TAAF et l’île M’Bouzi à Mayotte.

Il s’articule autour de 3 composantes complémentaires :

  • le renforcement de la surveillance et l'observation des écosystèmes fournira les données initiales et continues sur l’état des écosystèmes ;
  • la mise en oeuvre de projets collaboratifs de restauration des écosystèmes ;
  • l'élaboration et le renforcement des dispositifs de biosécurité contribuera à la pérennisation des actions de restauration afin de prévenir toute nouvelle introduction d’espèce.
Impacts

Les écosystèmes restaurés seront fonctionnels et leur résilience au changement climatique
augmentée, contribuant à conserver plusieurs réservoirs de biodiversité régionale.

  •  Les connaissances acquises sur le suivi des écosystèmes et les plans de biosécurité élaborés afin de mieux anticiper les pressions (réseaux d’alerte, stratégies d’adaptation).
  • Le développement des compétences institutionnelles et opérationnelles de la collectivité des TAAF, et le renforcement des compétences techniques des gestionnaires des sites seront visés.
  • Sur le plan régional, le partage des méthodes et bonne pratiques transposables pour le renforcement de l’intégration régionale des TAAF et leur rayonnement international sur ces enjeux.
  • La coopération régionale et la mutualisation des efforts entre les acteurs de la conservation seront recherchées.
01/01/2021
Date de début du projet
Secteurs
Mayotte, Terres Australes Antartiques Françaises (TAAF),
Localisation
4 450 000
EUR
Montant du financement
TAAF, l'association Les Naturalistes de Mayotte
Bénéficiaires
TAAF Union européenne
Cofinanceurs