Comprendre la recherche à l'AFD

  • logo linkedin
  • logo email
Comprendre la recherche à l'AFD
Réchauffement climatique, sauvegarde de la biodiversité, préservation du lien social… Nos études, travaux de recherche et d’évaluation contribuent à l’analyse des nombreux défis auxquels la planète est confrontée. Car prévoir et mieux comprendre, c’est agir de façon plus efficace.

Pourquoi fait-on de la recherche à l’AFD ?

conférence inégalités AFD 2018

Volet incontournable de la politique de développement française et un des piliers de notre activité, la recherche à l’AFD se donne pour objectif d’accompagner les pays en développement dans leur transition économique, écologique et sociale. La recherche fournit ainsi un appui en complément des opérations de financement du groupe.

Co-construite et conduite avec les partenaires des pays et des territoires dans lesquels l’Agence intervient, elle permet d’analyser le plus finement possible les interactions entre les grands enjeux climatiques et les sphères financière et sociale.

L’environnement dans lequel intervient l’AFD se transforme rapidement. La recherche joue alors un rôle essentiel pour comprendre et anticiper les évolutions socioéconomiques des pays partenaires du groupe. Elle permet ainsi à l’AFD de mieux prendre en compte les risques dans des contextes d’intervention mouvants.

La stratégie Recherche, Innovation et Savoirs (RIS) du groupe AFD
stratégie Recherche, innovation et savoirs de l'AFD

Adoptée en avril 2019, la stratégie Recherche, innovation et savoirs (RIS) couvre la période 2019-2022. Visant à mieux accompagner les pays partenaires du groupe AFD dans leurs trajectoires vers un développement plus durable, elle repose sur quatre engagements :

  • privilégier la recherche ancrée localement, dans les régions et pays où le groupe AFD intervient
  • concentrer l’agenda de recherche sur les interactions entre les Objectifs de développement durable (ODD) : croissance, climat et biodiversité, inégalités et lien social
  • renforcer le soutien à l’innovation et à l’expérimentation
  • évaluer davantage l’efficacité des projets du Groupe, publier ses évaluations et mieux se structurer en tant qu’organisation apprenante.

 

Quelle est la nature de nos travaux de recherche ?

GEMMES carte mondiale des températures

Dans une démarche inspirée des Think-and-Do tank, nos travaux de recherche appliquée sont menés par des équipes pluridisciplinaires associant des partenaires académiques du Sud et du Nord. L’objectif ? Co-concevoir avec nos partenaires des trajectoires de développement et identifier les politiques publiques les plus adaptées aux contextes et aux géographies concernés pour y parvenir. 

Ces travaux se situent au croisement de plusieurs disciplines : l’économie mais aussi les sciences de l’environnement, la sociologie, la démographie, l’anthropologie, les sciences politiques, etc. Nos travaux rejoignent l’approche de la sustainability science ou science du développement durable, qui vise à mobiliser l’ensemble des disciplines pour transformer les modèles de développement dans le sens de la durabilité. 

 

Sur quoi portent ces travaux de recherche ?

littoral, Ouganda

La recherche est en ligne avec les axes stratégiques dans lesquels s’inscrivent les financements de l’AFD. Ainsi 80 % des ressources dédiées aux études et travaux de recherche portent sur les thématiques suivantes :

  • « 100 % Accord de Paris » et biodiversité

Première institution de développement « 100 % Accord de Paris », le groupe AFD s'assure systématiquement de la cohérence de tous ses financements, dans chaque pays, avec un développement bas-carbone résilient au sens de l'Accord de Paris. Ce suivi repose sur la mise en place d'un cadre d'analyse systématique des projets qui donne à la recherche un rôle central pour accompagner les pays partenaires du groupe dans leur transition vers un modèle de développement résilient.

  • « 100 % lien social »

Face aux menaces qui  pèsent sur le vivre-ensemble, les travaux de recherche de l’AFD étudient en profondeur les déterminants des inégalités dans nos pays d’intervention. Ils analysent, par ailleurs, le vivre ensemble autour de communs locaux, nationaux ou globaux. Ils misent aussi sur de nouvelles approches, plus expérimentales, associant par exemple la culture ou le sport, avec un objectif : mieux comprendre la notion de lien social. Ils permettent d’identifier et de partager des solutions pour que l’appui du groupe aux politiques publiques et aux coalitions d’acteurs restaure et renforce le lien social au niveau des territoires.

  • 3D (Défense-Diplomatie-Développement)

Il ne peut y avoir de développement sans paix ni stabilité. C’est pourquoi l’AFD intervient au Sahel en lien avec les acteurs français de la défense et de la diplomatie. Le but est de mobiliser tous les acteurs pour la paix autour d’une stratégie de sortie de crise. Nos études et travaux de recherche viennent en appui à cette démarche en permettant de mieux comprendre les contextes d’intervention, les dynamiques locales et les stratégies des acteurs en présence (opérateurs de développement comme forces armées), ainsi que le lien entre la sécurité et le développement, notamment dans une approche territoriale.

  • Les acteurs non souverains

Le groupe AFD donne la priorité au financement des acteurs non souverains, c'est-à-dire l'ensemble des acteurs locaux non étatiques : collectivités locales, secteur privé et financier des pays partenaires ou organisations de la société civile. Nos travaux de recherche analysent notamment les modes d’action et de collaboration spécifiques à ces acteurs, par exemple les organisations de la société civile ou les entreprises.

Enfin, les 20 % restants sont dédiés à des sujets qui permettent d’anticiper le monde de demain.

 

Comment sont-ils menés ?

discussion, Burundi, recherche
  • Une démarche collaborative

Pour favoriser la co-construction de solutions et le partage des savoirs, nous multiplions les collaborations avec les partenaires de recherche issus de nos zones d’intervention (que ce soient les centres de recherche, les universités, les think tanks, les instituts nationaux de statistiques, les institutions régionales comme l’UEMOA ou continentales comme l’UNECA). À horizon 2022, 90 % de tous nos nouveaux projets de recherche devront impliquer au moins un partenaire de la région concernée.

Nous nous appuyons également sur le réseau partenarial des organismes de recherche français présents dans nos pays d’intervention (IRD, Cirad, réseau des UMIFRE), avec lesquels nous maximisons les synergies, et avec les institutions internationales impliquées dans des activités de recherche et d’innovation sur les politiques de développement : banques de développement nationales et multilatérales, Union européenne, universités et établissements de recherche, think tanks, etc.

  • La recherche au service du dialogue de politiques publiques

Dans les pays avec lesquels la France entretient des liens privilégiés, l’AFD alimente un dialogue stratégique sur les politiques publiques. Cette nouvelle forme de partenariat crée un espace d’interaction et de débat entre le monde de la recherche et les décideurs pour aider à la formulation des politiques publiques. Par ce biais, nous finançons des activités de recherche sur des thématiques d’intérêt choisies par les autorités du pays partenaire et sur lesquelles nous disposons d’une expertise avérée. Les résultats de recherche font ensuite l’objet d’une discussion au niveau ministériel, et sont partagés avec la société civile.

Des mémorandums de dialogue stratégique (MDS) existent aujourd’hui dans quatre pays :

-  en Côte d’Ivoire, avec une première expérience réussie (2016-2018) qui devrait se poursuivre dans le cadre d’un deuxième mémorandum
-  en Tunisie depuis 2018
-  au Maroc et au Mali depuis 2019.

  • Soutenir et connecter les acteurs de la recherche en Afrique francophone

Nous portons une attention particulière à la promotion de la recherche des pays africains de l’espace francophone, qui souffre d’un déficit de connexion aux réseaux de recherche internationaux, tout en étant ouverts à soutenir la recherche dans l’ensemble de nos pays d’intervention, y compris anglophones ou hispanophones.
  

  • Renforcer la collecte des données 

Parce qu’il s’agit d’un outil précieux pour le pilotage des activités et des résultats, nous renforçons la collecte des données, en renforçant les structures locales existantes et en nous appuyant  sur les nouveaux outils numériques. Nous sommes aussi très attentifs à aider à structurer les remontées d’informations sur les résultats. L’intérêt ? Mieux rendre compte des réalisations atteintes dans le cadre des projets financés.

Afin de pouvoir évaluer les résultats et les impacts des projets mis en œuvre dans les zones de crise et de conflits, nous développons, avec les partenaires concernés, et notamment dans le cadre de l’Alliance Sahel, des bases de données et des outils harmonisés de suivi à distance et d’évaluation des projets.

Pour réorienter les projets qui n’atteindraient pas leurs cibles de résultat, nous encourageons également la conduite d’évaluations à mi-parcours.
 

  • Capitaliser sur l’expérience

L’AFD met l’accent sur la capitalisation des savoirs tirés des évaluations de ses interventions, et de celles réalisées par ses partenaires, ainsi que des revues documentaires et de la recherche. Cette volonté d’apprentissage est au cœur de sa démarche de gestion des connaissances.

L’AFD favorise également les évaluations conjointes et contribue, avec ses pairs ainsi qu’avec les ONG et les centres de recherche au Sud, à un enrichissement mutuel des pratiques de l’évaluation et de l’apprentissage.

À quoi aboutissent ces travaux de recherche ?

conférence inégalités AFD 2018

Les résultats de nos divers travaux de recherche servent de base à des outils de modélisation macroéconomique, des diagnostics économiques, des publications et des formations de l’AFD. En voici quelques exemples :

  • Des outils de modélisation

Comment penser les trajectoires de développement sans étudier l’impact des dérèglements écologiques et leurs interactions avec les risques financiers et monétaires ? C’est pour apporter des éléments de réponse et de réflexion étayés facilitant les prises de décisions politiques rendues nécessaires par l'Accord de Paris (COP21) que l’AFD développe depuis plusieurs années des outils de modélisation macroéconomique. Baptisé General Monetary and Multisectoral Macrodynamics for the Ecological Shift (GEMMES), notre modèle macroéconomique accorde une attention particulière aux conséquences du réchauffement climatique et à la raréfaction des ressources naturelles minières en particulier.

Différentes versions de GEMMES sont en cours de développement avec des partenaires dans les pays concernés (Brésil, Colombie, Côte d’Ivoire, Maroc, Tunisie ou encore Vietnam).

  • Des diagnostics économiques des pays où nous intervenons 

À la croisée de différentes disciplines, nos travaux de recherche et d’analyse nous permettent d’établir des diagnostics macroéconomiques des pays en développement et émergents dans lesquels nous intervenons. Nourris par des échanges réguliers avec des partenaires locaux, ces diagnostics-pays aident à comprendre les processus de développement des États concernés, à identifier leur trajectoire de croissance, mais aussi à détecter les vulnérabilités économiques, sociales, politiques et financières associées.

  • Des publications d’études, d’analyses et de travaux de capitalisation

Les résultats des études et des projets de recherche menés ou financés par l’AFD sont mis à la disposition du public de différentes manières. Ils peuvent faire l’objet d’articles scientifiques dans des revues académiques ou de publications éditées dans les séries de l’AFD . Des études paraissent aussi en coédition avec des éditeurs ou d’autres institutions partenaires, permettant d’atteindre un public plus large.
 
Ces publications permettent de partager, entre autre, l’expertise de chercheurs ; de contribuer au débat sur les thématiques de développement clés pour l’AFD et alimentent les dialogues stratégiques sur les politiques publiques.    

L'ensemble de nos publications de recherche et d'évaluation  – études, rapports et synthèses d’évaluations, papiers de recherche, analyses macroéconomiques – sont rassemblées dans un espace dédié sur notre site web, doté de nombreux filtres. Plus de 700 publications sont ainsi accessibles.

  • Intelligence collective et partage des savoirs 

Peut-on espérer atteindre les Objectifs de développement durable (ODD), ou s’en approcher, sans penser autrement les enjeux du développement durable ? Au cœur de la solution, la mobilisation de l’intelligence collective, une démarche reposant fondamentalement sur la volonté d’apprendre ensemble et autrement. Au-delà de la production des savoirs, il s’agit d’accélérer leur diffusion, d’en débattre, mais aussi d’élaborer des formats pédagogiques innovants pour les rendre vivants et directement utiles aux acteurs du développement. Aussi, nous construisons avec nos partenaires différentes actions contribuant à cette intelligence collective et au partage des savoirs: des programmes de formation ou d’accompagnement, l’animation de communautés de pratiques thématiques, et des événements permettant de rapprocher régulièrement écosystèmes du monde académique et décideurs.
 

59
Pays suivis en risque-pays en 2018
215
études et projets de recherche menés ou financés par l’AFD en 2018
180
structures partenaires associées à travers le monde (universités, centres de recherche, think-tanks, etc.)