• logo linkedin
  • logo google plus
  • logo email

Un nouveau système de collecte des déchets solides du quartier de Balbala et sa base d'exploitation ont été inaugurés le 19 juin 2019 par les autorités djiboutiennes, des représentants de l’AFD et de l’Ambassade de France à Djibouti.

La mise en place du système a été notamment rendue possible par une subvention de 6 millions d’euros de l’AFD, octroyée en 2012, au bénéfice final de l'Office des voiries de Djibouti (OVD), sous la gestion de l'Agence djiboutienne de développement social (ADDS), maître d'ouvrage délégué du projet.

Le financement a permis la rénovation de la base d'exploitation de l’OVD. Cette base contribuera au bon état des camions de ramassage et au fonctionnement du service. Il a également permis la construction de sept points de regroupements dans Balbala pour améliorer la collecte dans des zones urbaines inaccessibles pour les camions.

Originalité du projet : la création d’une association des pré-collecteurs, la NADIF. Cela permet la reconnaissance de ce métier, qui était jusqu’alors complètement informel, et la prise en compte de la spécificité de ces quartiers. Cette reconnaissance passe par la signature d’une convention d’affermage entre l’OVD et cette association et enfin la fourniture d’équipements à ses membres.

La commune de Balbala pâtissait depuis longtemps de la présence de nombreuses décharges sauvages. Une situation préoccupante aux impacts sanitaires non négligeables... Les déchets attirent en effet des nuisibles porteurs de maladies ; ils entravent également l'écoulement des eaux et provoquent l’augmentation du risque d’inondation en cas de pluie et l’augmentation des zones de stagnation des eaux sales en temps normal. Les zones de stagnation des eaux contaminées sont alors sources de maladies comme le choléra ou le paludisme.

Depuis 2008, l’AFD a investi 53 millions d'euros dans le développement urbain de Djibouti, dont une partie par le biais de subventions déléguées de l’Union européenne.