• logo linkedin
  • logo email
Evaluation des services écosystémiques du Banc d’Arguin, Mauritanie

Cette étude est la première du genre portant sur cette vaste aire protégée, à la fois marine et terrestre. Elle a été réalisée par un consortium de consultants et financée par le FFEM au profit du parc national du banc d’Arguin (PNBA).

Selon cette étude, la valeur annuelle des principaux servies de régulation et d’approvisionnement est estimée à  8,1 milliards MRU par an soit 198,8 millions €/an. Les deux services les plus importants sont ceux relatif à la séquestration du carbone fournie par les herbiers (3,3 milliards MRU) et à la contribution du PNBA aux pêcheries de la ZEE de la Mauritanie (3 milliards MRU). 

Parmi les autres services de support et de régulation évalués, ceux de nurserie et de bioremédiation affichent des valeurs monétaires respectives de 92 et 49 millions MRU/an.  Le service de prélèvement par la flotte de pêche artisanale atteint 52 millions MRU/an. La valeur de non usage du PNBA se situe a 1,6 milliard MRU d’après la perception de l’importance accordée aux différents services écosystèmiques par les Mauritaniens.

Les services évalués concernent essentiellement la partie maritime du PNBA qui couvre 5400 km2.

L’étude met aussi en avant le rôle fondamental du PNBA pour la pêche opérant dans la ZEE de la Mauritanie, pour la séquestration du carbone atmosphérique et dissous, pour les populations d’oiseaux et les services qu’ils apportent et pour l’identité Imraguen. 

Outre la valeur économique des principaux services rendus par les écosystèmes du banc d’Arguin, la préservation des milieux naturels et de la faune associée au PNBA est favorable a l’atteinte des objectifs des différentes conventions et traites internationaux dont la Mauritanie est signataire. La part de CO2 séquestre annuellement par les écosystèmes marins du parc national du banc d’Arguin atteint 732 057 tCO2eq soit 11 % des émissions de GES du pays.
 

pdf : 38.08 Mo
disponible aussi en : fr
38.08 Mo (pdf)
téléchargé 131 fois