• logo linkedin
  • logo google plus
  • logo email
Expérimenter un dispositif de protection sociale auprès des populations les plus vulnérables - image
Malgré un contexte économique favorable jusqu’à fin 2014, près de la moitié des Congolais vivent sous le seuil de pauvreté. A travers le projet Lisungi, l’AFD participe à la création d’un socle de protection sociale à destination des populations les plus vulnérables.
Contexte

Malgré une forte croissance (+5,3 % en 2013), 46,5 % de la population congolaise vit toujours sous le seuil de pauvreté. Face à cette situation, les moyens dont disposent le Ministère des Affaires Sociales et de l’Action Humanitaire sont faibles. Il n’existe pas de dispositif de transferts financiers réguliers pour à destination des populations les plus vulnérables permettant de jouer un rôle de filet social et de redistribuer les fruits de la croissance économique

Dans le cadre du Plan National de Développement (PND) adopté pour la période 2012-2016, le Congo s’est doté d’une Politique Nationale d’Action Sociale (PNAS). L’un des trois axes prioritaires de la PNAS est la mise en place d’un système de filets sociaux.

Descriptif

Adossé à la PNAS, le projet LISUNGI est le fruit d’une collaboration entre l’AFD, la Banque mondiale et le gouvernement congolais. Il s’agit d’un fonds pilote destiné à soutenir financièrement 10 000 ménages dans 7 localités des départements du Pool (Brazzaville), du Kouliou (Pointe-Noire) et de la Cuvette.

L’AFD cofinance le projet à hauteur de 8 M€ dans le cadre du Contrat de Désendettement et de Développement (C2D) signé entre la France et le Congo pour la période 2015-2019. A terme le dispositif de filet social mis en œuvre par Lisungi doit être étendu à l’ensemble du territoire congolais.

Le projet LISUNGI comporte 3 volets :

  • la mise en place des piliers administratifs nécessaires au fonctionnement d’un programme national de filets sociaux, avec la constitution d’un registre social unique doté d’un système d’information et de gestion ;
  • un programme pilote de transferts monétaires non contributifs à destination des ménages les plus vulnérables. Ces transferts monétaires sont soumis à des conditionnalité telle que la scolarisation et la vaccination des enfants des ménages bénéficiaires ou le suivi des visites médicales pré natales pour les femmes enceintes ;
  • le suivi et l’évaluation du projet.
Impacts
  • Versement d’allocations non contributives à 10 000 ménages, réduction de la pauvreté, résorption des inégalités sociales.
14/08/2015
Date de début du projet
31/12/2019
Date de fin du projet
4 ans
Durée du financement
Kouilou
Localisation
8 000 000
EUR
Montant du financement
En cours
Statut
Ministère des Affaires sociales de l'Action humanitaire et de la Solidarité (MASAHS)  
Bénéficiaires