• logo linkedin
  • logo email
set DJ
À l’occasion de la visite d’Emmanuel Macron en Afrique du Sud, l’AFD, l’université Senghor et la plateforme Trace ont signé un protocole d’intention pour former les acteurs des industries culturelles et créatives en Afrique. Les défis à relever dans ce secteur très dynamique sont nombreux.

L'économie créative est l’un des secteurs à la plus forte croissance dans le monde, avec un important potentiel en termes de création d'emplois de qualité et de génération de revenus, mais aussi en termes de recettes d’exportation.

Vivant et dynamique, le secteur des industries culturelles et créatives (ICC) en Afrique fait toutefois face à un certain nombre de défis voire à des freins qui limitent son développement : forte proportion d’activités informelles, manque de professionnalisation dans la gestion et les procédés de production, défaut ou non-respect de législation en matière de propriété intellectuelle, difficulté d’accès aux financements, sous-représentation des femmes, notamment aux postes décisionnels.

La mise en place d’un parcours de formation innovant, agile et prenant en compte les potentialités historiques et renouvelées du secteur apparaît donc essentielle pour contribuer à faire face à ces défis. 

Une offre de formation innovante et engageante

C’est pour répondre à ces enjeux que l’AFD, à travers son Campus basé à Marseille, souhaite contribuer à la conception et au déploiement d’un nouveau parcours de formation à destination des acteurs des ICC en Afrique. Cette intention s’est formalisée par la signature d’un protocole avec l’université Senghor et Trace, en présence d’Élisabeth Moreno, ministre déléguée à l'Égalité entre les femmes et les hommes, de la diversité et de l'égalité des chances.

Le projet de parcours de formation envisagé permettra d’offrir aux acteurs des ICC en Afrique un dispositif hybride (blended-learning) associant un volet distanciel, via la plateforme Trace Academia, et un volet présentiel, à l’occasion de séminaires organisés dans les campus Senghor en Afrique et au sein du Campus AFD à Marseille.