À l'occasion du Forum mondial de l'eau se tenant à Brasilia, l'AFD propose une exposition de photos pour sensibiliser aux enjeux de l'accès à l'eau et à l'assainissement. Dénommée ­« Hydro, l'eau une ressource en commun », elle est accueillie à Brasilia entre le 20 et le 25 mars mais aussi à Conakry le 29 mars 2018.
Pourquoi une telle exposition ?

L'exposition part d'un constat : l'eau est une priorité qui nous concerne tous. Les photos exposées témoignent des difficultés rencontrées sur les cinq continents face à l'eau (pénuries, inondations). Leurs répercussions se font sentir sur la santé et sur l'environnement : 2,1 milliards de personnes n'ont pas accès à l'eau claire, 4,5 milliards d'individus ne sont pas reliés à un système d'évacuation adéquat et 80 % des eaux usées sont rejetées en pleine nature.

Deuxième leçon de l'exposition : nous ne sommes pas égaux vis-à-vis de l'eau. Parfois, les habitants de certaines régions (comme le nord du Brésil) sont à la fois victimes d'un défaut d'accès à une eau de qualité et affectées par des inondations.

Enfin, les photos de l'exposition Hydro mettent en scène les artisans de la « réaction » : rénovation des systèmes d'eau, réutilisation d'eau non conventionnelle, traitement des eaux usées, meilleure gestion de l'eau... À travers 250 projets, l'AFD fournit son soutien et son expertise à ses partenaires. L'ambition : faire de l'eau une ressource commune pour le bénéfice de tous.

Brésil, filles, eau, qualité
Shohila, Bangladesh, crue, ile
Shohila, Bangladesh
Le village Shohila se trouve au Bangladesh dans une région très exposée aux fortes pluies. Pendant la moitié de l'année, il est quasiment submergé par les crues, ne laissant poindre qu'un bouquet d’îlots. Sur la photo, ce petit bout de terre accueille cinq familles qui restent coupées de tout pendant six mois.
République Dominicaine, bidonvilles, inondation, Petit
La Barquita, République dominicaine
À Saint-Domingue, 300 000 personnes vivent dans des bidonvilles à même le fleuve Ozama. Les habitants du quartier de La Barquita sont en train d'être relogés dans des quartiers protégés des crues et reliés par les transports. L'AFD finance ce projet de relogement ; soutenir les plus vulnérables face à l'aléa climatique est une de nos priorités.
Lalankely, sanitaire, eau, voirie, Madagascar, d'Ison
Ankazomanga, Madagascar
Sur la photo, un des blocs sanitaires construits dans le quartier d'Ankazomanga à Madagascar. Ce bloc a été conçudans le cadre du projet Lalankely, conçu pour améliorer les conditions de vie de 700 000 habitants résidant dans 78 quartiers défavorisés grâce à une meilleure évacuation des eaux et des équipements sanitaires adaptés.
Eau, Territoires palestiniens, réservoir, Andrea
Gaza, Territoires palestiniens
Les habitants de Gaza peinent à combler leurs besoins en eau, notamment à un des points de réapprovisionnement comme celui-ci. La principale ressource en eau de la ville - l'aquifère côtier - est surexploitée et polluée par l'intrusion de l'eau de mer et des eaux usées.
Kenya, Sasumua, barrage, eau, Keogh
Sasumua, Kenya
Au Kenya, le barrage de Sasumua vient d'être rénové. Il permet à l'eau ruisselant vers les quartiers Ouest de la capitale de faire un détour par la station d'assainissement de Nyandarua, où elle sera purifiée. Ce projet, comme bien d'autres financés par l'AFD, remplit plusieurs objectifs : sécuriser la production en eau potable, promouvoir la bonne gestion de l'eau et éviter de rejeter dans la nature une eau non traitée.
Maroc, usine dessalement, Jorf Lasfar
Khouribga, Maroc
Le complexe de Jorf Lasfar s'est équipé d'une toute nouvelle usine de dessalement : elle devrait, à terme, dessaler jusqu'à 75 millions de m3 d'eau. Elle est le fruit de l'engagement concomitant de l'AFD et de l'OCP (Office chérifien des Phosphates) pour limiter la consommation de sources conventionnelles d'eau à des fins industrielles.
Fortaleza, inondation, déficit, Cardoso
Le paradoxe de l'eau

Le Brésil n'est pas l'hôte du Forum mondial de l'eau de cette année par hasard. Le pays concentre en effet des stocks considérables d'eau mais une grande partie de sa population manque d'accès à une eau de qualité dans des quantités suffisantes.

Cette photo des quartiers périphériques de Fortaleza résume tout le paradoxe : faute de drainage adapté, ils sont exposés aux inondations. Pourtant, la région souffre d'un déficit hydrique.