• logo linkedin
  • logo google plus
  • logo email
Résultats 2018 de l'AFD en Nouvelle-Calédonie, Dumbéa-sur-Mer
22 milliards de francs CFP de nouveaux engagements en 2018 : l’agence régionale de l'AFD en Nouvelle-Calédonie communique les chiffres clés de son activité 2018.

La stratégie du groupe AFD 2018-2022 est construite autour de cinq  priorités (notamment 100 % Accord de Paris  et 100 % lien social) pour contribuer à l’atteinte des Objectifs de développement curables (ODD).

Dans l’Outre-mer, l’AFD la décline dans une stratégie pour des territoires durables, solidaires et ouverts en accompagnement de la « trajectoire 5.0 » portée par le ministère des Outre-mer. Elle prend en compte les défis communs des territoires insulaires, particulièrement la lutte contre les vulnérabilités, le changement climatique et le renforcement du lien social. Elle promeut l’insertion des Outre-mer dans leurs bassins respectifs.

L’activité de l’AFD dans l’Outre-mer s’est réorganisée autour de chaque bassin océanique : Atlantique, Indien et Pacifique. Ainsi, depuis septembre 2018, une direction régionale Océan Pacifique est implantée à Nouméa. Elle couvre les activités en Nouvelle-Calédonie, en Polynésie française, à Wallis et Futuna et dispose d’un nouveau mandat d’intervention en faveur de l’adaptation au changement climatique et la préservation de la biodiversité dans l’ensemble des États insulaires indépendants du Pacifique. À ce titre, l’AFD met en place l’Initiative Pacifique pour le climat et la biodiversité, annoncée par le président de la République et qui sera financée par la France, l’Union européenne, le Canada, l’Australie et la Nouvelle-Zélande.  

Dans le cadre de sa stratégie Groupe et en réponse aux enjeux locaux, l’AFD a engagé 21,8 milliards de francs CFP de nouveaux financements en Nouvelle-Calédonie (et 22,2 milliards si on inclut la coopération régionale). Avec ce niveau d’intervention, l’AFD demeure un acteur important pour le développement du territoire calédonien. 

Les chiffres clés en Nouvelle-Calédonie (et dans la région) selon les engagements de l’AFD en 2018 :
  • 100 % des financements de l’AFD s’inscrivent dans l’Accord de Paris et 5,4 milliards F CFP ont un impact positif pour le climat

L’engagement du groupe AFD : pour protéger la planète du changement climatique et de l’appauvrissement de la biodiversité, tous les financements de l’AFD doivent être compatibles avec un développement bas-carbone et résilients au sens de l’Accord de Paris.

Pour soutenir les projets d’atténuation et d’adaptation aux effets du dérèglement climatique, un prêt bonifié « équivalent fonds vert » est mis en place depuis 2017. L’AFD a ainsi  financé les collectivités publiques à hauteur de 3 milliards F CFP en 2018 : la province Nord en cohérence avec l’élaboration de son Plan Climat Énergie (PCE) pour des actions de protection (des aires marines et terrestres, de la ressource en eau, contre les risques climatiques, etc…) ; les communes de Dumbéa et de Nouméa pour le traitement des eaux usées ; et la commune de Lifou dans sa stratégie de devenir la première île du Pacifique 100 % autonome sur le plan énergétique d’ici 2030.

Pour accompagner la transition énergétique de la Nouvelle-Calédonie, l’AFD a financé le développement des énergies renouvelables avec le groupe QUADRAN. Ainsi, deux nouvelles centrales photovoltaïques ont été construites, une sur la commune de Paita et la plus grande centrale photovoltaïque avec stockage de France sur la commune de Boulouparis. Mises en service depuis décembre 2018 et avril 2019, elles représentent une puissance installée équivalente à la consommation annuelle de 9300 foyers. 

Pour encourager l’intégration régionale, l’AFD a accordé 405 millions F CFP de subventions au Programme régional océanien de l’environnement (PROE) pour un projet de gestion des déchets dans la continuité d’un premier financement accordé en 2009 et à la Communauté du Pacifique (CPS) pour le renforcement de ses actions en matière de lutte contre le changement climatique dans la zone Pacifique. 
 

  • L’AFD est 100 % lien social

L’engagement du groupe AFD : tous les financements de l’AFD doivent contribuer à renforcer le lien social, en luttant contre les inégalités et pour le bien-être des populations, en renforçant la cohésion des territoires, en favorisant l’accès à l’éducation et à l’égalité réelle entre les femmes et les hommes.

Pour répondre aux enjeux de l’urbanisation, un prêt de 600 millions F CFP a été accordé à la Secal dans le cadre du développement du centre urbain de Koutio (CUK), qui poursuit un objectif de mixité sociale porté par la ville de Dumbéa. 

Pour améliorer l’offre en logements et développer les services aux personnes âgées, l’AFD a engagé 3,4 milliards F CFP auprès de la SEM Agglo, troisième bailleur social du territoire : 2,2 milliards F CFP pour financer son programme pluriannuel de construction de 110 logements locatifs intermédiaires sur la commune de Paita et 1,2 milliard F CFP pour la construction d’un établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD) de 70 places à Tina dans la commune de Nouméa.
 

  • L’AFD accompagne les acteurs non souverains, publics et privés

L’engagement du groupe AFD : tous les acteurs de la société doivent orienter leurs investissements vers la réalisation des ODD. Cela passe par le financement d’acteurs non-souverains comme les collectivités territoriales, le secteur privé et financier ou encore les organisations de la société civile.

Pour développer les services et les équipements collectifs, l’AFD demeure le partenaire historique et le principal financeur des collectivités calédoniennes, de la plus petite commune au gouvernement en passant par les provinces. En 2018, l’AFD a intensifié ses appuis à leur égard.  2/3 des interventions de l’AFD en 2018 ont concerné les collectivités locales. Et celles-ci représentent au total près de 50% de son encours.

L’AFD a prêté 14,3 milliards F CFP aux collectivités calédoniennes et 4 milliards F CFP aux sociétés d’économie mixtes (SEM). Au-delà de ses financements, l’AFD poursuit ses actions d’appui conseil et de production de connaissances, avec des actions de formation à destination des communes, la production d’analyses financières et la publication de plusieurs études, notamment l’Observatoire annuel des communes de Nouvelle-Calédonie.

Pour soutenir l’initiative économique privée, près de 3,5 milliards F CFP ont bénéficié aux entreprises calédoniennes, incluant 918 millions F CFP de garanties SOGEFOM qui ont permis la création de 58 emplois. La Société de gestion de fonds de garantie d'Outre-mer (SOGEFOM) est une filiale de l’AFD qui apporte une garantie aux banques locales pour la mise en place de crédits auprès des TPE-PME calédoniennes.

Depuis 2016, l’AFD finance les investissements du groupe QUADRAN aux côtés d’autres banques, pour quatre centrales photovoltaïques déjà mises en service et d’une centrale éolienne en cours de construction. Ce partenariat permet à l’AFD de participer au financement de plusieurs projets d’énergies renouvelables qui représenteront une puissance installée totale de 54,3 MWC, soit l’équivalent de la consommation de 22 950 foyers. En 2018, l’AFD a financé le groupe QUADRAN à hauteur de 2,6 milliards F CFP.
 

  • L’AFD a un réflexe partenarial  

L’engagement du groupe AFD : un projet mené avec un partenaire vaut toujours mieux qu’un projet sans partenaire. Un projet partenarial est un projet plus efficace car il propose une réponse collective, associant des coalitions d’acteurs permettant des réponses plus adaptées aux enjeux de terrain.
     
En Nouvelle-Calédonie, l’AFD inscrit son action en partenariat avec les acteurs financiers économique et techniques. Quand elle finance les investissements d’une collectivité, d’une SEM ou d’un acteur privé, elle veille à intervenir avec d’autres établissements financiers publics et privés.

Par ailleurs, l’AFD développe des partenariats techniques avec des acteurs de référence : qu’il s’agisse par exemple de la CPS ou du PROE dans la mise en œuvre de projets régionaux ; de l’ISEE et de l’IEOM pour le projet Comptes économiques rapides pour l’Outre-mer (CEROM) qui permet d’analyser les évolutions récentes de la situation économique des Outre-mer français ; du cofinancement d’études avec l’Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (ADEME) ; ou encore de la CCI, de l’ICAP et du MEDEF, pour une étude portant sur les modalités de financement des TPE et PME calédoniennes. 

Les chiffres clés de l'AFD en Nouvelle-Calédonie
  • 14,3 milliards F CFP de prêts aux collectivités locales dont 3 milliards F CFP pour des investissements « verts »
  • 2,6 milliards F CFP pour le financement de la transition énergétique avec des entreprises privées
  • 2,18 milliards F CFP pour la création de logements 
  • 1,16 milliard F CFP pour accompagner le développement du secteur médico-social (personnes âgées)
  • 918 millions F CFP de garanties SOGEFOM, en hausse de 66 % par rapport à 2017
  • 405 millions F CFP de subventions pour les projets de coopération régionale 
     

Avec 1,4 milliard d’euros d’engagements en 2018, l’AFD confirme son engagement en faveur des économies ultramarines. Grâce à une offre d’appui-conseil renforcée, l’Agence demeure un partenaire essentiel des collectivités d’Outre-mer. L’AFD continue aussi d’entretenir une relation de confiance avec le secteur privé qu’elle soutient fortement dans le cadre de projets de transition écologique, en particulier dans les énergies renouvelables. L’année 2018 a été celle de la réorganisation de l’activité de l’AFD autour de trois bassins stratégiques pour favoriser une plus forte insertion économique des Outre-mer dans leur environnement régional, protéger leur exceptionnelle biodiversité et lutter contre les vulnérabilités, notamment celles liées au dérèglement climatique. La création du département Trois Océans s’inscrit ainsi pleinement dans la trajectoire 5.0 portée par le ministère des Outre-mer et renforce le rôle de plateforme de l’Agence au service du développement durable ultramarin.

Rémy Rioux, directeur général de l’AFD