• logo linkedin
  • logo email
La structure productive turque est marquée par le lent déclin du secteur agricole au profit du secteur des services, et par la stabilité du poids de l’industrie. Le secteur productif a bien résisté aux deux crises financières de 1994 et de 2001. Les deux principaux contributeurs à la croissance du PIB et de l’emploi sont l’industrie manufacturière et le commerce, hôtellerie et restauration. Depuis le début des années 1990, le niveau de la productivité apparente du travail a augmenté de 25 % pour l’ensemble de l’économie ; le secteur manufacturier est le plus performant depuis 2002. Le textile tient une place importante dans l’économie turque, étant l’un des principaux employeurs et le plus gros pourvoyeur de devises.

Le tissu productif turc est composé principalement de PME, lesquelles rassemblent 99,9 % du nombre des établissements et 80 % de l’emploi. Pourtant, ces PME rencontrent des difficultés importantes pour accéder au crédit, notamment les entreprises de taille moyenne et celles localisées dans les régions les plus pauvres de la Turquie, l’Est et le Sud-Est anatolien. Enfin, les moyens de production sont très inégalement répartis : 55 % des PME sont installées dans les régions les plus riches, Marmara et le Centre anatolien, alors que l’Est et le Sud-Est anatolien n‘en rassemblent que 10 %.
pdf : 3.56 Mo
auteur(s) :
pages :
90
numéro :
9
disponible aussi en : fr
3.56 Mo (pdf)
téléchargé 3141 fois