En janvier 2005 entrent en vigueur de nouvelles règles pour le commerce international du textile, instaurant une libéralisation des échanges. Ce document en étudie les implications sur l’industrie du textile au Cambodge et les mesures d‘accompagnement possibles pour limiter les coûts de l’ouverture. Le Cambodge a profité des opportunités offertes par le régime précédent des quotas pour développer une importante industrie textile, qui représente plus de 200 000 emplois, une source de revenu pour de nombreux ménages ruraux (transferts) et plus de 80 % de ses exportations. Mais l’industrie cambodgienne du textile ne semble pas prête à affronter ses concurrents les plus directs. En particulier, la stratégie de compétitivité prix actuellement poursuivie par le Cambodge n‘est pas soutenable, car les coûts de production du Cambodge sont supérieurs à ceux de ses voisins asiatiques. Une nouvelle stratégie doit donc être élaborée, dont nous étudions quelques dimensions : approvisionnement régional ; réduction des contraintes administratives et financières - formelles (taxes) ou informelles (corruption) - qui pèsent sur les exportateurs ; participation aux négociations commerciales multilatérales engagées dans le cycle de Doha ; et valorisation du respect des normes fondamentales du travail élaborées par l’OIT.
pdf : 1.12 Mo
auteur(s) :
Olivier CATTANEO
Sarah MARNIESSE
collection :
Notes et documents
pages :
90
numéro :
8
disponible aussi en : fr