• logo linkedin
  • logo email
Ligne train grande vitesse, Maroc
L'AFD soutient la construction de la première ligne ferroviaire à grande vitesse du Maroc, première du genre en Afrique. Prévue pour mi-2018, elle reliera les villes de Tanger, Rabat et Casablanca. Avec des trains roulant à 320 km/h !
Contexte

Au Maroc, le transport ferroviaire est assuré par l’Office national des chemins de fer (ONCF). Ce type de transport joue un rôle clé dans le développement économique et social du pays. Et promeut une mobilité durable.

En 2015, l’ONCF a transporté 40 millions de voyageurs et 367 millions de tonnes de marchandises. L’Office a réalisé un ambitieux programme d’investissement de 3 milliards d’euros pour 2010-2015. Au cœur de ce programme : le projet d’une ligne à grande vitesse (LGV) réservée aux voyageurs, qui représente 60 % des investissements.

Descriptif

Au menu : la réalisation de la première ligne à grande vitesse du Maroc… et du continent africain. Longue de 200 km, elle reliera Tanger et Kénitra et sera dédiée au trafic de voyageurs. Le tracé en ligne nouvelle sera raccordé au réseau classique existant à Kénitra pour ensuite desservir les villes de Rabat et Casablanca. Elle est financée à moitié par la France.

La ligne sera exploitée à 320 km/h. Elle mettra Tanger à 1h20 de Rabat et à 2h10 de Casablanca (contre 3h45 et 4h45 actuellement) et sera opérationnelle dès mi- 2018. 

L’AFD finance l’usine de traverses et les viaducs de ce chantier hors normes, dont celui d’El Hachef qui sera le plus long du Maroc (3500 m). L’expertise française est associée : la SNCF accompagne ainsi son homologue marocain en tant qu’assistant à la maîtrise d’ouvrage et les bureaux d’études Systra et Egis Rail ont réalisé études et supervision des travaux. 

Impacts
  • L’ONCF attend à terme 6 millions de voyageurs par an dans ce train qui sera un puissant outil de développement économique et d’aménagement du nord du Maroc. La ligne classique sera aussi libérée pour intensifier le trafic de marchandises
  • Plus qu’un simple train, cette LGV porte une vision d’avenir de l’aménagement du territoire marocain : des moyens de transports modernes, sobres en carbone, assurant la sécurité des passagers et limitant la pollution de l’air
  • Enfin, cela a été l’occasion de promouvoir transfert de savoir-faire et développement de compétences en faveur du Maroc
30/09/2010
Date de début du projet
31/07/2018
Date de fin du projet
20 ans
Durée du financement
Kénitra
Localisation
Outils de financement
300 000 000
EUR
Montant du financement
En cours
État
Office national des chemins de fer du Maroc (ONCF)
Bénéficiaires