Les projets financés par l’AFD en 2018 économiseront 10,5 millions de tonnes de CO2 par an

publié le 12 novembre 2019
  • logo linkedin
  • logo email
10,5 millions - le chiffre climat
D’années en années, l’Agence française de développement consacre toujours plus de moyens à l’atténuation des émissions de gaz à effet de serre dans le monde.

C’est un bon aperçu de l’impact des projets soutenus par l’Agence française de développement (AFD) pour lutter contre le changement climatique : 10,5 millions de tonnes équivalent CO2 seront économisées chaque année, et tout au long de leur durée, par les projets financés par l’AFD en 2018.

10,5 millions de tonnes eq CO2 correspondent, en termes de pouvoir de réchauffement global, aux émissions annuelles de gaz à effet de serre de pays comme le Luxembourg ou la Mauritanie.

Ce chiffre a été obtenu à partir d’un outil et de méthodologies internes compatibles avec l’approche harmonisée de comptabilisation des gaz à effet de serre des institutions financières internationales (International financial institution framework for a harmonized approach to greenhouse gas accounting).

Il s’appuie sur des projets visant à atténuer les émissions de gaz à effet de serre dans les pays en développement et les territoires d’Outre-mer. À Boulouparis (Nouvelle-Calédonie) la construction d’une nouvelle centrale photovoltaïque de 15 MWc (mégawatts-crête) va par exemple permettre de réduire les émissions de gaz à effet de serre de 22 000 tonnes eq CO2 par an. À Cacao, en Guyane, c’est une centrale à biomasse qui évitera le recours au diesel et l’émission de 28 000 tonnes eq CO2 dans l’atmosphère chaque année.

Avec l’engagement pris par l’AFD de rendre ses activités 100 % compatibles avec l’Accord de Paris, ce chiffre de 10,5 millions de tonnes eq CO2 évitées est amené à grandir dans les années qui viennent. En 2018, l’AFD a consacré 4,8 milliards d’euros pour soutenir 158 projets liés au climat, dont 3 milliards d’euros en faveur de l’atténuation du changement climatique et 1,4 milliard pour l’adaptation des sociétés à ses conséquences.