• logo linkedin
  • logo email

Cette étude a été commanditée par la direction Innovation, recherche et savoirs de l’AFD afin de questionner les formes d’auto-organisation de l’eau en Bolivie au prisme de la notion de commun. Ce pays est devenu une référence indissociable de la notion de commun dans les années 2000 à partir des « guerres de l’eau » de Cochabamba et de La Paz contre la privatisation. L'objectif de cette recherche est de partir des différentes approches du commun - à la fois comme mode de gestion autonome et décentralisé et comme projet politique - afin d’analyser les modèles d’auto-gestion de l’eau en Bolivie, leurs réussites et leurs limites, et de déterminer les facteurs de « robustesse » des communs à partir des « chocs » sociaux et environnementaux qu’ils doivent affronter. Il s’agit également d’étudier les dynamiques de l’articulation inter-communs en tenant compte des évolutions les plus récentes du contexte bolivien. Cette étude a été réalisée en 2018 dans plusieurs quartiers des villes de La Paz et de Cochabamba avec la réalisation de nombreux entretiens auprès des protagonistes de l’eau en Bolivie : membres et dirigeants de coopératives et de comités de l’eau, acteurs institutionnels de l’Etat et des municipalités, membre d’ONG, dirigeants de communautés paysannes/indigènes et d’organisation de quartiers. Cette étude a notamment montré l’importance de prendre en compte les dynamiques politiques et sociales afin de révéler les conditions de la production et de la reproduction des communs.
 

pdf : 4.58 Mo
auteur(s) :
Franck POUPEAU (CNRS/CREDA)
Claude LE GOUILL (associé CREDA-IHEAL)
Andrés FONSECA ZUBIETA (UMSS)
Marcelo PEREZ MERCADO (UPB)
coordinateur :
Sarah BOTTON
collection :
Notes techniques
issn :
2492-2838
pages :
122
numéro :
45
disponible aussi en : fr
4.58 Mo (pdf)
téléchargé 100 fois