Myanmar

Grand pays rural, Myanmar (ou Birmanie) jouit d’une position géographique unique entre l’Inde et l’Asie du sud-est. Depuis 2011, le pays a pris la voie de la démocratie et d’une croissance soutenue. Qui ne profite pas encore à tous. L’AFD l’accompagne afin de lutter contre la pauvreté en agissant dans les domaines de l’énergie, la santé et l’urbanisation.
Temple, Myanmar
L’AFD et Myanmar : garantir l’accès de tous aux services essentiels pour une croissance partagée
Temple, Myanmar

Accompagner la croissance urbaine

Centre-ville de Rangoun, Myanmar

Accompagner la croissance urbaine

Le développement des centres urbains est essentiel pour l’expansion économique du Myanmar. Rangoun, capitale économique, et Mandalay connaissent une croissance démographique sans précédent : leur population est appelée à doubler d’ici 2040. Mais cette urbanisation très rapide est mal maîtrisée et de nombreux défis apparaissent : il faut développer les infrastructures de transport, construire des logements et assurer les services de base (eau, assainissement, gestion des déchets et électricité).

Pour soutenir le gouvernement dans la lutte contre la pauvreté urbaine, l’AFD a lancé en 2016 ses premières activités en appui à la municipalité de Mandalay, deuxième ville du pays. 
Nos domaines d’action sont :

  • la distribution de l’eau potable dans le district d’Amarapura ; 
  • l’amélioration des services urbains (projet MUSIP) en partenariat avec l’Union européenne et la Banque mondiale.

Depuis 2016, nous agissons également à Rangoun pour contribuer au développement urbain inclusif de la capitale. Notre appui prévoit :

  • l’aide à la planification, le transport fluvial et la mise en valeur du patrimoine historique de la ville, en partenariat avec l’Union européenne ;
  • l’assistance technique auprès des autorités régionales et municipales dans leur politique de développement urbain, en mettant l’accent sur l’adaptation au changement climatique.

Anticiper et surveiller les risques d’épidémie

Pôle technologie santé, Beyrouth, Liban

Anticiper et surveiller les risques d’épidémie

Le long isolement du Myanmar a entraîné un important retard dans le domaine de la santé. Et ce alors même que le pays, comme ses voisins d’Asie du sud-est, doit plus que jamais faire face à l’émergence de maladies infectieuses et à des risques épidémiques majeurs (dengue, zika, H5-N1…). Depuis 2011, le secteur est une priorité nationale pour le gouvernement birman. L’objectif pour 2020 : y consacrer 12 % du budget de l’État (contre 3% actuellement).

L’AFD soutient cette démarche :

  • en partenariat avec l’Institut Pasteur, la Fondation Mérieux et le ministère de la santé birman, nous contribuons à réhabiliter et agrandir le Laboratoire national de santé publique (NHL – National Health Laboratory), l’ancien Institut Pasteur, construit en 1903 ;
  • au niveau régional, nous travaillons avec le laboratoire pour garantir la surveillance épidémiologique du sud-est asiatique dans le cadre des projets ECOMORE. Ce programme, mis en œuvre par l’Institut Pasteur Paris, inclut aussi le Laos, le Cambodge, le Vietnam et les Philippines. 
     

Étendre l’accès à l’électricité

Poste de transformation d'électricité, Vietnam

Étendre l’accès à l’électricité

Au Myanmar, seulement 30 % de la population a accès à l’électricité. Et les pannes sont fréquentes… En parallèle, la consommation électrique augmente chaque année de 10 %, surtout à Rangoun qui concentre 50 % de la consommation nationale. 

L’augmentation de la production d’électricité est l’une des priorités du gouvernement, qui a lancé la construction de plusieurs centrales hydroélectriques.

En attendant leur mise en service (d’ici 4 à 5 ans), l’AFD appuie le ministère de l’Énergie dans la rénovation de centrales hydroélectriques existantes, aux côtés du ministère de l’Énergie et de l’Électricité birman.

À l’étude : des projets d’électrification en milieu rural et de renforcement des réseaux électriques.

Dynamiser l’agriculture

Pêche, Birmanie

Dynamiser l’agriculture

L’agriculture reste le principal employeur au Myanmar, pays majoritairement rural. Mais elle affiche l’un des plus faibles rendements des pays d’Asie du sud-est. Elle souffre des variations de pluviométrie importantes et d’un démarrage de la mousson aléatoire. L’accès à l’irrigation constitue ainsi un facteur déterminant pour la production agricole, surtout au centre du pays, territoire très sec et très peuplé. 

Pour renforcer l’agriculture et ainsi améliorer la sécurité alimentaire des habitants, nous avons développé avec le ministère de l’Agriculture, de l’Élevage et de l’Irrigation deux projets qui vise à améliorer l’irrigation et à diversifier les cultures :

  • le premier dans la région de Magway depuis 2016 ; 
  • le second dans les régions de Magway et de Mandalay, avec le soutien de la Banque asiatique de développement et de l’Union européenne. Plus ambitieux, il prévoit de réhabiliter 30 000 hectares de périmètres irrigués, de faire évoluer la politique nationale en matière d’irrigation et de mieux gérer les ressources en eau.

À l’étude côté pêche : l’AFD travaille avec le ministère de l’Agriculture sur le suivi et la surveillance des activités. Les objectifs : lutter contre la pêche illégale et mieux gérer les réserves halieutiques. Et ce par le biais de méthodes modernes (imagerie satellitaire, modélisation…).
 

9
projets depuis 2012
9
ONG soutenues depuis 2012
170
millions d’euros engagés en 5 ans

Plus vaste État de l’Asie du sud-est continentale, Myanmar jouit d’une situation géographique exceptionnelle, niché entre l’Inde, la Chine, la Thaïlande, le Laos et le Bangladesh. Bordé par la mer d’Andaman et le golfe du Bengale, il compte près de 2000 kilomètres de côtes. Sa population, qui dépasse les 50 millions d’habitants, est essentiellement rurale (près de 70 %) et se concentre dans la plaine centrale. 

Après un long isolement, le pays s’est engagé en 2011 dans un processus de réformes politique et démocratiques. 

Au niveau économique, la République de l'Union du Myanmar peut compter sur une abondance de matières premières (minerais, hydrocarbures, forêts), un potentiel touristique à exploiter et une forte intégration régionale : le pays est membre de l’ASEAN (Association of Southeast Asian Nations) depuis 1997 et entretient des relations étroites avec ses voisins chinois et indiens. 

Malgré ces atouts et une croissance soutenue depuis le début de la transition démocratique, l’économie du pays dépend encore largement de l’agriculture, qui représente 29 % du PIB. La pauvreté perdure, les infrastructures sont obsolètes et les services de base (eau, électricité) ne sont pas assurés. 

Mais les réformes commencent à porter leurs fruits. Présente depuis 2012, l’AFD accompagne Myanmar afin d’y promouvoir une croissance plus solidaire et respectueuse de l’environnement. Elle intervient essentiellement grâce à des prêts à l’État birman, et mobilise également des subventions au travers des projets régionaux.
 

Carte interactive
Cette carte est uniquement utilisée à titre d’illustration et n'engage pas la responsabilité du groupe AFD
Thématiques
Type de financement
Antennes
Filtres

Thématiques

  • Faim et alimentation

Type de financement

  • Subvention

Antennes

Display local antennas

Filtres

Lancer la recherche
Voir la carte de tous les projets