• logo linkedin
  • logo google plus
  • logo email
Tchad, projet transhumance, irrigation
Le projet « Almy al Afia » entame sa deuxième phase. Il a pour fonction de sécuriser la mobilité des éleveurs transhumants en mettant en place un réseau renforcé de points d’abreuvement et d’appui aux structures traditionnelles de prévention et résolution des conflits.
Contexte

L’élevage au Tchad constitue la 2e activité économique du pays, avec une création de richesse à hauteur de 20 % du PIB. Si l’activité concerne 40 % de la population active, 80% du cheptel s’inscrit dans une dynamique pastorale très forte. Certaines zones sont affectées par des phénomènes de dégradation des ressources naturelles (sol, eau). 

Les axes de transhumance sont étroitement liés à la présence d’eau le long des parcours, entraînant, dans le cas d’une mauvaise concertation, des conflits violents entre sédentaires et transhumants.

Descriptif

Le Projet d’Hydraulique Pastorale au Tchad Central – phase 2 vise la promotion de l’aménagement et de l’exploitation rationnelle de l’espace pastoral. Il répond plus spécifiquement aux objectifs suivants:

  • réduire les conflits ; 
  • améliorer la qualité de vie des éleveurs

 Le projet s’articule autour de deux composantes :

  • la construction et la réhabilitation d’infrastructures pastorales (puits et bornes de balisage) à la charge du MH (sous la Direction de l’Hydraulique pastorale) ;
  • la construction d’un pont mixte (pastoral et routier) sur le Batha (au niveau de Koundjourou), dont la maîtrise d’ouvrage était le MIDT (le ministère des Infrastructures, du Désenclavement et du Transport).
Impacts

La première composante a permis de réaliser 28 puits neufs et de réhabiliter 38 puits. Par ailleurs, les processus de concertation dans le cadre des Activités de gestion des ressources pastorales (AGRP) a permis de baliser 240 km de mourhals (couloirs de transhumance). L’ensemble de ces activités a permis une ouverture théorique de 3520 km² de nouveaux pâturages.

Le pont de Koundjourou, quant à lui, permet lors des campagnes de traversée du Batha des transhumants de raccourcir leurs trajets de plus de 100 km.

27/05/2008
Date de début du projet
27/04/2017
Date de fin du projet
8 ans
Durée du financement
Outils de financement
11 000 000
EUR
Montant du financement
Populations locales
Bénéficiaires