• logo linkedin
  • logo google plus
  • logo email
Tchad, désert, projet, transhumance
Le projet PASTOR est mené pour sécuriser la transhumance et la mobilité des éleveurs et remettre l’Homme au cœur des enjeux pastoraux. Il adopte une approche donnant accès aux services de base dans un contexte nomade.
Contexte

Le territoire tchadien s’étend sur plus de 1,3 millions de km2; les conditions climatiques sont marquées par une diminution des précipitations et une augmentation de la variabilité suivant un gradient Sud-Nord. Les éleveurs tchadiens ont su tirer parti de ces terroirs entre Sahara et Sahel, hostiles et fragiles, en pratiquant un élevage mobile. 

Ces dynamiques de transhumance permettent de valoriser au mieux des ressources variables mais elles engendrent des conflits (pressions foncières exacerbées pour l’accès à l’eau et les pâturages, augmentation des surfaces agricoles…).

Descriptif

Si les projets 1ère génération impliquaient la construction d’infrastructures hydrauliques (puits et mares pastorales). Les projets 2e génération, tels qu’Almy Bahim (de l’eau pour le bétail) et Almy al Afia (de l’eau pour la paix) œuvraient pour la définition d’accords sociaux intégrant aussi bien transhumants que sédentaires pour le balisage des couloirs de transhumance.

Le PASTOR a été conçu pour poursuivre la stratégie des projets passés et appuyer les réformes du gouvernement du Tchad dans le secteur de l’élevage notamment pour l’accès des éleveurs aux services de bases mobiles : l’eau potable, la santé, l’éducation et l’information. 

Le PASTOR est cofinancé par l’Union européenne (20 M€) et l’État tchadien (2 M€) et sera conduit en étroite collaboration avec les différents projets d’appui au pastoralisme (PRAPS, PREPAS, etc.).

Impacts

Ce nouveau programme touchera près de 3 millions de ruraux, dont près de 125 000 éleveurs transhumants. Il permettra une meilleure gestion des ressources naturelles sur une superficie de pâturages de 300 000 km².

En outre, il se veut un programme innovant, promouvant le renforcement des capacités des ministères en lien avec l’élevage, dont les principes basés sur la recherche-action permettront de définir des politiques publiques de soutien au pastoralisme, tout en les intégrant dans une dynamique inclusive d’appui au secteur rural.

07/07/2015
Date de début du projet
7 ans
Durée du financement
N'Djamena
Localisation
Outils de financement
28 000 000
EUR
Montant du financement
ministère de l’élevage et des productions animales (MEPA)
Populations locales
Bénéficiaires
Cofinanceurs