• logo linkedin
  • logo email
Un meilleur accès à l'eau pour les communautés hôtes et réfugiées du nord - Image
Le royaume hachémite fait face à une situation critique : plus d’un million de réfugiés syriens sont accueillis par le pays, selon les autorités jordaniennes. Ce projet permettra d’améliorer la distribution en eau et l'assainissement pour les communautés hôtes et réfugiées d'Irbid et de Ramtha, au nord du pays.
Contexte

En Jordanie, la pénurie d'eau est un obstacle majeur au développement du pays. Dans les gouvernorats du nord, l'eau est principalement alimentée par pompage à partir de sources d'eaux souterraines locales, qui sont utilisées au-delà de leur potentiel de renouvellement durable. La crise syrienne a provoqué un afflux massif de réfugiés, dont la plupart vivent dans cette région. Cette arrivée a considérablement aggravé la situation de surexploitation et a contribué à la détérioration du service. Une situation explosive susceptible de devenir une source de tensions entre les réfugiés et les populations d'accueil. Pour apaiser cette situation, le gouvernement jordanien a pris plusieurs mesures. Il a ainsi prévu d'augmenter la quantité d'eau fournie aux gouvernorats du nord en étendant le projet d'eau Disi qui approvisionne Amman Zarqa (avec le soutien de l'AFD), puis Zaatari plus au nord.

Le gouvernement met également en œuvre le projet Wadi Al Arab II (co-financé par l'UE, la BEI et l'AFD) : de l'eau sera prélevée dans le canal du Roi Abdallah dans la vallée du Jourdain pour être mise à la disposition du nord. Un projet qui augmente la nécessité d'adapter et d'améliorer les services de distribution d'eau. L'augmentation importante de la population a également contribué à accroître le stress sur les installations de gestion des eaux usées. Un stress qui provoque des refoulements de fosses septiques et surcharge les réseaux d'eaux usées.

Le risque sanitaire est majeur (contamination des tours aquifères). Après la réhabilitation des principales installations de traitement des eaux usées dans le nord, il faut désormais relier les zones non desservies au réseau de traitement. Enfin, l'état des installations d'eau dans les logements reste préoccupant et menace les conditions d'hygiène, et donc de santé des réfugiés syriens et de la communauté d'accueil jordanienne. Pour relever ce défi, certaines mesures ont été prises localement par les ONG, mais à une échelle insuffisante.

Descriptif

Le projet prévoit :

  • L'extension du réseau de collecte des eaux usées autour d’Irbid.
  • Le renforcement des capacités de la Yarmouk Water Company, afin d’assurer un standard international d’opérations et de maintenance du réseau de distribution.
  • L'accès à l’eau potable des populations dites "vulnérables", dont 70 % de réfugiés syriens, vivant au sein des communautés hôtes jordaniennes.
Impacts
  • Meilleures performances des services d’eau et d’assainissement dans le Grand Irbid et à Ramtha et des réseaux de distribution plus adaptés.
  • Des communautés hôtes et réfugiées plus résilientes : un impact essentiel dans la mesure où la crise dure et où les aménagements temporaires doivent céder la place à des infrastructures permanentes.
  • Création d'emplois avec la construction d'infrastructures.
  • Des discussions seront conduites pour inclure un quota de réfugiés syriens dans ces emplois créés.
  • Accès à l'eau potable pour les populations vulnérables.
  • Des équipements simples seront aussi fournis afin de rétablir un minimum d’intimité, notamment pour les femmes et les filles.
  • Un diagnostic identifiera les besoins spécifiques liés au genre.
22/12/2016
Date de début du projet
31/12/2021
Date de fin du projet
5 ans
Durée du financement
Irbid et Ramtha
Localisation
Outils de financement
Programme de financement
72 000 000
EUR
Montant du financement
Communautés Hôtes et Réfugiés d'Irbid et de Ramtha
Bénéficiaires
L'Union européenne
KfW
Cofinanceurs