• logo linkedin
  • logo email
Une_centrale_hydroélectrique_pour_répondre_aux_besoins_énergétiques_du_pays_©MartinJandet/AFD
L’énergie est un facteur clé du développement. L’AFD finance et accompagne la construction d’une centrale hydroélectrique dans l’ouest du pays, région où les besoins en énergie sont particulièrement importants.
Contexte

Malgré une croissance économique annuelle de 5%, le développement de l’Ouganda reste contraint par la faiblesse du secteur énergétique et des infrastructures.
Le gouvernement souhaite exploiter le fort potentiel hydroélectrique ougandais, qui s’élève à 4 500 MW. Il a ainsi mandaté la compagnie publique Uganda Electricity Generation Company Limited (UEGCL), de développer des infrastructures de production d’électricité. En 2015, un Plan de développement national quinquennal a été adopté en : ses objectifs ambitieux prévoient notamment une augmentation importante de la capacité de production.
Le développement de l’hydroélectricité contribue également à limiter l’usage de ressources fossiles, qui se caractérisent par un coût de production excessif et un impact très négatif sur l’environnement.

Descriptif

L’AFD finance la construction d’une centrale électrique sur la rivière Muzizi, un cours d’eau à forte hauteur de chute. La centrale produira une puissance de 48 MW. Elle permettra aussi de répondre en partie aux pics journaliers constatés entre 19 h et 23 h. UEGCL en sera le maître d’ouvrage.
Le projet repose sur deux axes :

  • une composante infrastructure qui comprend la construction d’une usine hydroélectrique, d’une sous-station électrique, d’un canal d’amenée  de 2,45 km et d’un bassin de régulation d’environ 270 000 m3 ;
  • le recrutement d’un bureau d’études qui supervisera et contrôlera la réalisation des travaux ;
  • Le coût total du projet est estimé à 130 M€.
Impacts
  • Infrastructures : augmentation de la capacité de production installée, stabilisation de l’électricité et amélioration de la sécurité du système électrique ; Économie : création de 300 à 500 emplois pour la durée des travaux ;
  • Attractivité pour de nouveaux investisseurs privés ;
  • Territoire : rééquilibrage de la répartition des centrales, pour le moment concentrées à l’est et au centre du pays ;
  • Social : amélioration du service, notamment au bénéfice des populations pauvres ;
  • Environnement : hausse de la proportion d’énergie d’origine renouvelable.
01/12/2013
Date de début du projet
20 ans
Durée du financement
Secteurs
Kyenjojo
Localisation
Outils de financement
45 000 000
EUR
Montant du financement
En cours
État
Gouvernement ougandais
UEGCL
Bénéficiaires
KfW
UE
Cofinanceurs