Drapeau de l'UE
Avec 75,5 milliards d’euros d’aide publique au développement en 2016, l’Union européenne et ses États Membres constituent ensemble le premier bailleur de fonds au monde. À ce titre, l’UE est un acteur central pour la réalisation des Objectifs de développement durable (ODD).
Nous travaillons de façon approfondie avec nos partenaires européens et l’UE pour la mise en place d’une architecture européenne de l'aide. L'objectif ? Une plus grande efficacité.

La stratégie européenne de l'AFD

Drapeau de l'UE

Pour être plus efficaces dans l’aide au développement et dans la lutte contre l’extrême pauvreté, l’AFD et les institutions de l’Union européenne (UE) ont choisi de renforcer leur partenariat.

Animées par des convictions communes, nos équipes servent ensemble les mêmes objectifs : fournir une aide de qualité et cohérente, trouver de nouvelles solutions pour financer le développement, et agir avec une grande flexibilité opérationnelle.

Au-delà de la question du financement, l’AFD et l’UE se retrouvent aussi sur deux autres enjeux : alimenter le débat d’idées européen sur le développement et porter des valeurs communes sur le terrain.

Une stratégie nourrie par les ODD et l’Accord de Paris

Aujourd’hui, l’Union européenne et l’AFD partagent quatre priorités :

  • concentrer leurs actions sur des pays et secteurs prioritaires ;
  • développer des projets en cohérence avec l’ensemble des politiques publiques ;
  • contribuer à une meilleure coordination entre bailleurs ;
  • améliorer l’efficacité, la redevabilité et la transparence des financements engagés.

Ces priorités s’inscrivent dans le cadre plus large de l’accord de Paris sur le climat et des 17 Objectifs de développement durable (ODD) adoptés par la communauté internationale en 2015.

Avec 75,5 milliards d’euros en 2016, les institutions et les États membres de l’UE sont les premiers bailleurs mondiaux en matière d’aide publique au développement.

Complémentaires dans l’action

En tant qu’institution financière, l’AFD n’intervient pas directement dans l’exécution des projets financés sur fonds délégués par l’UE : nous accompagnons les partenaires locaux (États, collectivités, secteur privé, OSC) et nous veillons à la bonne exécution budgétaire (passation de marchés, paiements, suivi de projets) dont nous sommes redevables auprès de la Commission européenne.

Des rencontres et des échanges de personnels sont mis en place entre les équipes de l’AFD et celles de la Commission européenne.

Signature du nouveau consensus européen pour le développement UE

Un partenariat renforcé

En juin 2017, l’Union européenne et ses États membres ont signé un plan stratégique définissant les grandes lignes de la future politique européenne de développement. Ce « nouveau consensus européen pour le développement » met en avant la coopération déléguée avec les agences européennes de développement ainsi qu’une meilleure collaboration sur le terrain.

Pour la première fois, cette feuille de route pour le développement s’applique dans son intégralité à l’ensemble des institutions de l’UE et à tous ses États membres. Tous se sont engagés à coopérer plus étroitement pour simplifier la programmation de l’aide et réduire la fragmentation des actions.
Ce que l’on nomme la « programmation conjointe » vise à :

  • améliorer la coordination et la cohérence opérationnelle ;
  • réduire les coûts de transaction ;
  • favoriser le déploiement d’initiatives conjointes.

Promue par l’AFD, cette approche a pour ambition une mise en œuvre conjointe de l’aide.

 

Les outils de financement européens

Drapeau de l'UE

Pour gérer les fonds européens destinés au développement, la Commission a accrédité une trentaine d’agences nationales européennes, dont l’AFD. Plus que jamais, l’heure est à la coordination de l’aide mais aussi à la recherche de nouveaux moyens de financement innovants, comme celui qui permet de combiner prêts et subventions européennes.

Des solutions innovantes pour financer le développement

Le mixage prêts-dons: un important effet de levier

Depuis 2007, un nouveau mécanisme européen permet l’association de prêts et de dons pour financer des projets de développement à plus grande échelle. Ces « facilités de mixage » sont particulièrement utilisées pour soutenir les projets d’infrastructures et les PME, mais aussi les secteurs de l’énergie, des services sociaux et de l’agriculture.

Grâce à un effet de levier important, cette solution permet de débloquer des prêts d’organismes publics et privés, de faire baisser le coût de l’emprunt pour les bénéficiaires et d’assurer une assistance technique tout au long des projets financés.

Sur 1,4 milliard d'euros de fonds délégués à l’AFD entre 2008 et 2016, plus de la moitié provenait du mixage (823 millions d'euros). Ceux-ci ont permis de lever plus de 15 milliards d'euros de financements pour l’investissement.

Les facilités de mixage sont organisées par grandes régions : Afrique, Amérique latine, Asie, Voisinage européen (Est et Sud) ainsi que les zones Caraïbes et Pacifique.

Les délégations et les transferts

L’AFD fait partie des agences européennes habilitées par la Commission à bénéficier de délégations de gestion de fonds européens. En multipliant les délégations (de l'Union européenne vers l'AFD) et les transferts de fonds (de l'AFD vers l’Union européenne), les deux institutions montrent l’exemple en matière de complémentarité et de division du travail entre bailleurs européens.

Depuis 2008, 172 projets de l’AFD ont bénéficié des fonds de l’UE.

La programmation conjointe

Programmer ensemble leur aide est le défi qu'ont décidé de relever l'Union européenne et ses États membres (Capacity4Dev) pour améliorer la prévisibilité de l’aide, multiplier les initiatives conjointes sur le terrain, renforcer la division du travail, et enfin simplifier les procédures et réduire les coûts de transaction, tant pour les bailleurs que pour les bénéficiaires.

Les fonds fiduciaires : mutualiser les ressources

Depuis 2012, en vue d’élargir la palette d’outils du système d’aide européen, la Commission européenne est autorisée à créer et à gérer des fonds multi bailleurs thématiques ou de crise/post crise. Ces fonds fiduciaires sont alimentés par des subventions européennes et des contributions volontaires des États membres et de pays tiers. Cette innovation permet une coordination accrue, à travers la mutualisation des ressources, de l’expertise et des capacités de mise en œuvre européennes. L’AFD est pleinement engagée.

Quatre fonds fiduciaires ont été mis en place :

Sur l’ensemble des fonds fiduciaires depuis leur création, 192 millions d'euros ont été versés à l’AFD, répartis entre : deux projets du fonds Bêkou (16,1 millions d'euros) ; onze projets FFU (144,4 millions d'euros) ; et deux projets du fonds Madad (31,4 millions d'euros).

L’AFD contribue également très activement aux nouveaux fonds fiduciaires de l’UE. Nous avons ainsi transféré 48 millions d'euros à la Commission, pour des projets en Haïti et en Guinée.

Mali, femme, enfant

Le Fonds fiduciaire d’urgence pour l’Afrique (FFU)

Créé lors du Sommet européen de la Valette en novembre 2015, le FFU vient en aide aux pays d’Afrique les plus fragiles et les plus impactés par la situation migratoire. Comment ? En ouvrant des perspectives d’emploi en particulier pour les jeunes et les femmes, en soutenant l’offre de service de base pour les populations et en améliorant le dialogue sur les migrations.

Les contributions financières des différents donateurs s’élèvent à 2,85 milliards d'euros (dont 2,64 milliards d'euros provenant du FED et 202,4 milliards d'euros des États-membres et autres donateurs).

En mai 2017, 118 programmes avaient été approuvés par le Comité opérationnel pour un montant total de 1,8 milliard d'euros répartis sur trois régions : Sahel et lac Tchad, Afrique du Nord et corne de l’Afrique.

Dans ce cadre, l’UE a accordé 136,6 millions d'euros à l’AFD pour le financement de 11 projets. L’une des conventions de financement signée avec le Cameroun pour un montant de 10 millions d'euros nous permet par exemple de contribuer au redressement économique de l’extrême Nord du pays.

Le FEDD : partager les risques

Lancé en 2017, le Fonds européen pour le développement durable comprend les structures de mixage existantes pour l’Afrique et le Voisinage et crée un nouveau mécanisme de garantie. Doté d’un budget initial de 3,35 milliards d'euros, on attend de lui qu’il mobilise, par effet de levier, 44 milliards d’investissements du secteur privé dans des pays marqués par un contexte local difficile. Ici, les risques sont partagés : la garantie est transférée à des institutions de financement intermédiaires, telle que l’AFD, qui soutiennent les bénéficiaires finaux (souvent des entreprises), grâce à des prêts, des garanties ou d’autres instruments financiers.
 

Les partenariats européens

Drapeau de l'UE

Le bureau de représentation de l’AFD à Bruxelles a été ouvert en 2004 en vue de créer un partenariat prioritaire avec les institutions et partenaires européens.

Alimenter le débat d’idées

Pour renforcer la connaissance mutuelle et travailler de façon plus concertée, les acteurs européens de l’aide au développement se retrouvent de plus en plus souvent autour d’ateliers de travail, de conférences ou de débats. Organisés au sein du Parlement ou de la Commission, ces moments d’échanges contribuent à consolider les liens mais aussi à illustrer, sur la question complexe du développement, la vitalité des idées et des valeurs européennes.

Intensifier le dialogue avec les eurodéputés

Très désireuse de plus de coopération européenne, l’AFD organise régulièrement des événements au sein du Parlement européen. Aux eurodéputés, comme aux représentants du monde professionnel et universitaire, nous présentons autour d’un débat la diversité de nos métiers, de nos outils d’intervention ainsi que notre vision de l’aide publique au développement européenne.

Les partenaires

La Commission européenne

La Commission européenne (CE), et principalement ses directions générales DEVCO (Développement et Coopération) et NEAR (Voisinage et Élargissement) sont les premiers interlocuteurs de l’AFD à Bruxelles. Nous nous sommes soumis à un audit, nous permettant depuis 2008 de mettre en œuvre des projets pour le compte de la CE selon nos propres procédures.

Le Parlement européen

Les députés européens membres des commissions Développement (DEVE), Affaires étrangères (AFET) et de la délégation parlementaire ACP-UE traitent des questions de développement et de coopération en portant la voix des citoyens européens sur ces thématiques. L’AFD entretient des relations ponctuelles avec le Parlement européen (PE) et ses membres, notamment par l’organisation de conférences ID4D dans l’enceinte du PE.

Les think tanks

Depuis 2008, l’AFD est un des partenaires fondateurs du Development Policy Forum (DPF), tout comme la coopération allemande (GIZ), la Commission européenne, la Banque mondiale, les Nations Unies et l’Agence japonaise de développement (JICA). Animé par Friends of Europe, think tank européen indépendant qui cherche à créer le débat et à générer du changement en Europe et au-delà, le « Forum des politiques de développement » organise des conférences sur les nouveaux modèles de développement. Les responsables et les experts de l’AFD qui y participent régulièrement ont ainsi la possibilité de porter nos idées et publications auprès des institutions européennes.

En outre, l’AFD a lancé ces dernières années des partenariats avec d’autres think tanks européens tels qu’ODI, FERDI ou encore l’IDDRI.
 

EDFI, le réseau des institutions de financement du développement

Rassemblant 16 institutions financières de développement européennes, le réseau des EDFI est un lieu de concertation et de mise en œuvre d'actions communes, notamment sous la forme de cofinancements destinés au secteur privé. Proparco, la filiale secteur privé de l’AFD, est membre des EDFI.

Le réseau des praticiens

Créé en 2007 sous l’impulsion de l’AFD et de la KfW, le réseau des praticiens rassemble 15 agences de développement européennes et la Commission européenne (en tant que membre observateur). Bien qu’informelle, cette communauté d’acteurs bilatéraux européens se réunit régulièrement et poursuit deux objectifs principaux :

  • Faciliter la connaissance mutuelle et l’échange d’expériences entre ses membres et, sur cette base, promouvoir des actions et des positions conjointes.
  • Favoriser le dialogue et contribuer au renforcement du partenariat avec la Commission Européenne, tout en l’alimentant grâce à des retours d’expériences concrètes sur la mise en œuvre de la politique d’aide européenne par les agences bilatérales.

Co-animant deux groupes de travail (« partenariats effectifs » et « Crises, fragilité et conflits »), les équipes de l’AFD sont fortement mobilisées tout au long de l’année.

Les 15 membres du réseau sont : ADA (Autriche), AECID (Espagne), AFD (France), British Council (Royaume-Uni), Camões (Portugal), CTB (Belgique), CzDA (République tchèque), Expertise France, FIIAPP (Espagne), GIZ (Allemagne), LuxDev (Luxembourg), SIDA (Suède), SNV (Pays-Bas), SlovakAid (Slovaquie) et AICS (Italie).

Commission européenne

La Commission et 4 institutions financières serrent les rangs

En mai 2016, la Commission européenne, l’AFD, la KfW, la CDP italienne et l’AECID espagnole décident, dans le cadre d’un partenariat renforcé, de mettre en commun leurs idées et de confronter leurs initiatives sur le mixage prêts-dons et l’innovation financière. Comment mieux associer les banques nationales au mixage européen ? Comment soutenir les réformes ? Comment croiser stratégie européenne et politiques publiques dans les pays partenaires… ? Le débat est ouvert, constructif, pragmatique. La ligne : celle d’un laboratoire d’idées.

Les Journées Européennes du Développement

Drapeau de l'UE

Organisées par la Commission européenne, « les JED » sont devenues un rendez-vous incontournable pour les acteurs mondiaux du développement. Depuis 2006, le forum réunit chaque année à Bruxelles 7000 chercheurs, analystes, représentants de la société civile, chefs d’États, directeurs de banques de développement, patrons d’entreprises privées ou encore commissaires et députés européens.

Forte de sa coopération renforcée avec la Commission européenne, l’AFD est de plus en plus impliquée. Nos équipes participent activement à ces journées en y organisant des conférences et des expositions afin de diffuser l’expertise de l’AFD.

172
projets AFD bénéficiant de délégations de fonds de l’UE depuis 2008
5,3
milliards d’euros de prêts débloqués grâce à 1,4 milliard d’euros de fonds délégués par l’UE
Carte interactive

Géographie
Thématiques
Antennes
Filtres

Géographie

Thématiques

Antennes

Display local antennas

Filtres

Lancer la recherche
Voir la carte de tous les projets