Avec 10 millions d’habitants et une superficie de près de 50 000 km2, la République Dominicaine est le deuxième pays le plus peuplé des Caraïbes après Haïti et le plus étendu après Cuba. La croissance démographique dominicaine a été de plus de 10 % au cours de la décennie 2000 et près de la moitié de la population se concentre sur les deux principales zones urbaines du pays : la capitale, Saint-Domingue (3,5 millions d’habitants), et Santiago de Los Caballeros (1 million d’habitants). Depuis les années 1970, le pays jouit d’une stabilité politique avec un régime présidentiel et une constitution s’inspirant des États-Unis.
Ses très nombreuses plages, ses vallées fertiles, le point culminant de la Caraïbe (le Pico Duarte à 3 175 m d’altitude), ses zones sèches quasi-désertiques aux alentours du lac naturel Enriquillo et la Zone Coloniale de Saint‑Domingue font la renommée touristique du pays.
Première économie de la Caraïbe depuis les années 1990, la République Dominicaine a enregistré une croissance économique parmi les plus élevées du continent latino-américain et des Caraïbes. Impulsée par le tourisme, la construction, le commerce et l’agro-industrie, cette croissance n’est pas sans conséquences sur l’environnement.
L’exploitation excessive des ressources naturelles a en effet entraîné une perte de biodiversité et une augmentation des émissions de gaz à effet de serre.
Les inégalités sociales demeurent importantes et 40 % de la population vit sous le seuil de pauvreté, tel que défini par la Banque mondiale, certaines zones étant dans un état de précarité extrême. Les indices de développement humain du pays traduisent des déficiences structurelles, malgré les investissements croissants du gouvernement dans les secteurs de l’éducation, de la santé, du logement et des transports publics. La classe moyenne, particulièrement vulnérable face à cette situation, peine à se développer.
pdf : 1.92 Mo
pays / région : République dominicaine
collection :
L'AFD et
disponible aussi en : fr es