• logo linkedin
  • logo email
Accès aux soins, matériel dernier cri, emploi des femmes... Inauguré en août 2018, l’hôpital public Fethi Sekin, auquel le groupe Agence française de développement a apporté son soutien, a changé la vie de milliers d’habitants à Elazig et sa région, dans l’est de la Turquie.

Sa première bougie est soufflée, et il ne désemplit toujours pas. Inauguré en août 2018, l’hôpital public Fethi Sekin d’Elazig, dans l’est de la Turquie, accueille aujourd’hui près de 10 000 visiteurs par jour, dont 7 000 patients, parmi lesquels 1 300 ont recours au service des urgences.

Avec ses 370 000 m² occupés, 19 services et 1 000 lits, il s’agit du plus grand complexe hospitalier d’Elazig (375 000 habitants) et l’un des plus importants de la région d’Anatolie orientale. Pas moins de cinq sous-hôpitaux s’y côtoient : un hôpital généraliste, deux hôpitaux psychiatriques, un centre de santé bucco-dentaire et une maternité couplée à un service pédiatrique.

« Nous disposons de beaucoup de matériel de qualité. C’est une grande satisfaction d’avoir accès à de tels moyens », se félicite une physiothérapeute. Depuis l’ouverture, la praticienne dispose notamment d’une machine de rééducation qu’on ne trouve aujourd’hui nulle part ailleurs dans la région.
 

Un vaste programme d’hôpitaux

« Les équipements des laboratoires sont de dernier cri. La population locale est donc très satisfaite », vante Eren Ekmekçi, directeur général adjoint de Rönesans FMCO, l’une des sociétés à qui a été confiée la délégation de service public ayant abouti à la réalisation de l’établissement.

 

Ce projet a bénéficié d’un prêt de 40 millions d’euros de PROPARCO, la filiale de l’AFD dédiée au secteur privé. Il s’insère dans un vaste programme de partenariat public-privé de 22 hôpitaux déployé par le ministère turc de la Santé, et illustre l’engagement de l’AFD d’accompagner la Turquie dans sa politique d’amélioration de l’offre publique de santé.


40 % des employés sont des femmes

Outre la qualité de l’offre de santé, l’hôpital de Fethi Sekin a eu des retombées très positives en termes d’emploi dans la région. Au plus fort de l’activité, 5 000 ouvriers sont intervenus sur le chantier, tandis que 4 500 personnes se rendent aujourd’hui chaque jour travailler dans l’établissement.

Et ce n’est pas tout. « Environ 40 % des employés sont des femmes. C’est une proportion importante pour l'est de la Turquie, car il est parfois difficile pour les femmes de travailler dans cette région », souligne Eren Ekmekçi. La preuve, s’il en est, que soutenir la construction d’un établissement de santé de qualité n’améliore pas seulement la vie des patients, mais aussi celle de toute une région.