• logo linkedin
  • logo email
La préservation de la biodiversité et la valorisation de l’environnement sont des axes d’intervention prioritaires pour l’AFD dans les collectivités d’outre-mer. À Mayotte, cette dimension se manifeste par la « gestion durable du patrimoine naturel de Mayotte et des îles Éparses », projet délégué à l’Agence par le Fonds européen de développement (FED).
Contexto

Située dans le canal du Mozambique, l’île de Mayotte dispose de richesses naturelles exceptionnelles, tant dans les milieux terrestres que marins : flore patrimoniale importante, fort taux d’endémie des espèces, forêts tropicales, zones humides terrestres, mangroves, récifs coralliens, etc. D’une surface de 1 100 kilomètres carrés et avec une double barrière de corail d’environ 200 kilomètres de long, le lagon de Mayotte est l’un des plus grands et des plus riches du monde. Cependant, la trajectoire actuelle de développement de Mayotte menace ce patrimoine naturel. Outre les impacts du changement climatique sur les milieux et les espèces, un certain nombre d’activités humaines contribuent à dégrader la situation : les pollutions terrestres et marines, la destruction des habitats naturels ou encore la surexploitation des ressources. La biodiversité est une des rares richesses de Mayotte, source de développement économique et social, et elle se trouve aujourd’hui menacée de disparition de manière irréversible.

Descrição

Dans le cadre du volet régional (océan Indien) du dixième FED, l’AFD, le conseil général de Mayotte, le parc naturel marin de Mayotte (PNM) et les Terres australes et antarctiques françaises (TAAF) ont présenté un projet commun dont l’objectif consiste à mettre en place un plan pour une gestion durable du patrimoine naturel marin de Mayotte et des îles Éparses, et se doter ensuite des moyens nécessaires pour le mettre en œuvre. L’ensemble des opérations prévues dans ce projet devra notamment permettre :

  • de rassembler des informations précises sur l’état de santé des milieux marins de Mayotte et des îles Glorieuses ;
  • d’évaluer les effets des perturbations humaines sur différentes composantes de la biodiversité marine, en comparant des zones soumises aux activités humaines (Mayotte) ou non (îles Glorieuses) ;
  • de développer les connaissances sur l’impact du réchauffement climatique dans des « zones test » (îles Éparses) ;
  • d’identifier et de proposer, en concertation avec la société civile, des mesures de gestion des ressources permettant de concilier activités humaines et préservation de la biodiversité ;
  • de sensibiliser le plus grand nombre aux enjeux de conservation du patrimoine naturel.
Impactos

Grâce à ce projet, la connaissance des populations marines des fonds marins sera améliorée par des observations visuelles et des sondages, dans le but de déterminer les mesures de gestion de pêche appropriées aux eaux mahoraises et des dépendances françaises du canal du Mozambique. Dans le même temps, douze observateurs embarqués sur des bateaux de pêche et vingt enquêteurs voués à une activité de contrôle au sol seront formés et chargés de suivre la bonne application des mesures de pêche durable préalablement définies. Enfin, l’équipe actuellement chargée de la surveillance de dix-sept masses d’eau dans le lagon mahorais sera étoffée et formée, afin d’étendre ses activités d’analyse aux îles Glorieuses, dans le but d’en préserver la riche biodiversité.

01/03/2015
Data de início do projeto
30/07/2019
Data de finalização do projeto
3 ans
Período de financiamento
Dembéni
Localização
3 000 000
EUR
Montante do financiamento
En cours
status
PNM
TAAF
Conseil général de Mayotte
Beneficiários
Fonds européen de développement économique régional (FEDER)  
Co-financiadores