• logo linkedin
  • logo email
Les fonds de préparation de projets servent à financer des études de faisabilité et des assistances techniques afin de préparer de futurs projets d’investissement, principalement à co-bénéfice climat. Ils ciblent à la fois des secteurs ou des régions spécifiques. L’objectif : s’assurer que les besoins sont correctement identifiés tout en étant en adéquation avec les stratégies et les standards propres à l’institution qui les déploie.
Ces outils, de plus en plus courants, sont généralement gérés par l’AFD mais abondés par d’autres bailleurs, et principalement par l’Union européenne.

EUROCLIMA+

ville de Curitiba, Brésil
Une facilité dédiée aux pays latino-américains pour les accompagner dans la mise en œuvre de leurs engagements climat

 

logo Euroclima +

 

Programme régional européen lancé à la suite de l’adoption de l’Accord de Paris lors de la COP21, EUROCLIMA+ vise à accompagner 18 pays latino-américains dans la mise en œuvre de leur contribution déterminée au niveau national (CDN) à travers le renforcement du dialogue stratégique et des capacités des pays sur les questions climatiques. 

Doté d’un budget global de 80 millions d'euros sur cinq ans, le programme finance essentiellement des activités d’assistance technique et des projets pilotes portés par différents types d’acteurs (autorités publiques nationales ou locales, organisations de la société civile, instituts de recherche, etc.), avec pour objectif une meilleure intégration des enjeux liés au changement climatique dans six secteurs d’intervention prioritaires, définis en concertation avec les représentants des pays éligibles. 

euroclima+

 

EUROCLIMA+ est mis en œuvre par cinq agences de coopération bilatérales européennes, dont l’AFD, qui s’est vue confier une enveloppe totale de 16,5 millions d'euros pour le financement de projets sélectionnés via des appels à propositions dans les secteurs de l’efficacité énergétique, de la mobilité urbaine, de la gestion de l’eau en milieu urbain et de la réduction des risques de catastrophes, en lien étroit avec l’AECID et la GIZ

En savoir plus

 


Actualités

Rencontre annuelle des parties prenantes à Buenos Aires, 8-10 octobre 2018

APPELS À PROPOSITIONS (en espagnol)

Appel à projets - Réduction des risques de catastrophes
APPEL À PROJETS - EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE

UPFI

initiative Sawa, Beyrouth, paysage urbain, ville, Liban
logo UPFI

 

L’AFD, l’Union pour la Méditerranée (UpM), l’Union européenne (UE) et la Banque européenne d’investissement (BEI) s’engagent pour réussir la transition vers des villes méditerranéennes durables. L’Initiative pour le financement de projets urbains (UPFI) accompagne les porteurs de projets dans le sud et l’est de la Méditerranée pour préparer et financer des projets de développement urbain ambitieux et novateurs, qui visent tout à la fois la création d’emplois, la réduction de la pauvreté et la mise à niveau urbaine. 

 

Dans le cadre d’une délégation de fonds européens, l’AFD gère cette facilité de préparation de projets d’une enveloppe de 5 millions d’euros. 

Les fonds UPFI permettent de lancer des études dédiées à la préparation de projets urbains identifiés au Maghreb et au Moyen-Orient (études de (pré)faisabilité ; assistance technique au montage opérationnel, financier et institutionnel du projet ; assistance technique au démarrage du projet ; mission d’expertise technique pour l’identification de projets et l’analyse des besoins d’appui ; renforcement des capacités des maîtres d’ouvrage et contreparties locales, etc.). 

L’UPFI accompagne près d’une quinzaine de projets couvrant divers enjeux urbains : transport et mobilité, intervention dans les quartiers précaires et tissus urbains existants, revalorisation de patrimoine urbain, programme villes secondaires, aménagement urbain intégré et durable, éco-cité, etc.

Cette phase de préparation de projet aboutit ensuite au financement des projets par les bailleurs de fonds partenaires de l’UPFI, au premier rang desquels l'AFD et la BEI. Lancée en 2015, la facilité de préparation de projets UPFI soutiendra le développement urbain intégré et durable en Méditerranée jusqu’en décembre 2019.

En savoir plus

 

CICLIA

Le Cap, Afrique du Sud
CICLIA : Cities and Climate Change in Sub-Saharan Africa Initiative

 

logos UE SECO

 

Les villes des pays d’Afrique subsaharienne concentrent plus de la moitié de la population mondiale, ainsi que la majeure partie des activités économiques. Selon l'IPCC, les villes comptabilisent 76 % des émissions de gaz à effet de serre. Leur localisation, souvent en zones côtières ou en bordure de rivières, les rend d’autant plus vulnérables aux impacts du changement climatique (inondations, salinisation). 

L’Union européenne, le Secrétariat d'État à l’économie suisse (SECO) et l’AFD ont lancé en décembre 2016 un programme de quatre ans doté de 10,5 millions d'euros à destination de ces zones urbaines d'Afrique subsaharienne afin de les accompagner dans la mise en œuvre de projets urbains à co-bénéfice climat.

La facilité CICLIA, mobilisable rapidement, est un levier d’investissement pour les collectivités locales afin de lutter contre le changement climatique. CICLIA souhaite accompagner entre 20 et 25 villes d’Afrique subsaharienne sur une période de quatre ans dans la préparation de projets à co-bénéfice climat. Les études de faisabilité et de vulnérabilité couvrent l’ensemble des secteurs de l’urbanisme (éclairage public, gestion des déchets, gestion de l’eau, etc.). 

CICLIA s’articule autour de trois composantes majeures

  • Le financement d’études de faisabilité et de vulnérabilité, ces études ont pour objectif d’engendrer un investissement.
  • L’accompagnement des projets déjà existants afin d’en maximiser l’impact climat. 
  • L’accompagnement des zones urbaines dans l’élaboration de leur stratégie climat.

Plusieurs villes ont déjà été accompagnées :

  • Kampala (RDC) : réalisation d’un plan directeur de l’éclairage public pour la ville.
  • Kano (Nigéria) : étude de faisabilité pour la gestion des déchets solides.
  • Ogun (Nigéria) : étude de faisabilité pour la gestion des déchets solides.
  • Cape Town (Afrique du Sud) : étude de la vulnérabilité et des risques liés au changement climatique.
  • Cape Town (Afrique du Sud) : étude économique et financière sur la fourniture d’énergie durable aux foyers défavorisés.
  • Kinshasa (République démocratique du Congo) : étude de pré-faisabilité urbaine et sociale dans les quartiers périphériques de la rivière N’Djili.
  • Ganvié (Bénin) : étude complémentaire du projet Réinventer Ganvié et de l’étude d’impact environnemental et social.

Cet outil s’inscrit dans le Programme villes et climat de l’AFD. L’AFD s’est fixée pour objectif d’accompagner 100 villes d’ici à 2020 sur la préparation et la mise en œuvre de projets urbains à co-bénéfice climat, à travers quatre initiatives régionales. CICLIA vient renforcer ce dispositif sur la zone de l’Afrique subsaharienne.
 

ARE SCALE-UP

Adapt' Action, ferme solaire, Maurice, énergie
La facilité ARE Scale-up pour le déploiement des énergies renouvelables en Afrique 

Cette facilité, financée par la Commission européenne et abondée par le groupe AFD, comprend une composante d’assistance technique dotée de 16,3 millions d’euros et un fonds de garantie pour des investissements dans le secteur privé doté de 22,3 millions d’euros.

Les énergies renouvelables sont essentielles pour répondre à la demande croissante d'énergie en Afrique et assurer l'accès de tous à l'électricité. Relever ces défis suppose d’accompagner les institutions publiques mais aussi de mobiliser les acteurs privés. La facilité permettra de favoriser l’insertion des énergies renouvelables sur les réseaux électriques, préparer la mise en œuvre de programmes d’électrification rurale basés sur des sources renouvelables et garantir les investissements privés dans le secteur. 

Dans le cadre de l’assistance technique, l’AFD réalise, pour un financement de 4,7 millions d’euros, une première série d’études qui permettront d’identifier des projets et d’adapter les cadres réglementaires. La finalité recherchée est d’accroître, aux côtés des bailleurs internationaux et notamment de l’AFD, la participation du secteur privé aux investissements requis.