• logo linkedin
  • logo email
Accompagner le développement durable et stable des régions du Sahel en agissant pour les habitants, c’est un des objectifs de l’AFD en Mauritanie. Dès janvier 2019, deux nouveaux programmes vont améliorer rapidement la vie quotidienne des populations du sud du pays.

Le Sahel est une des régions plus stratégiques du monde. L’une de celles, aussi, où les besoins des populations sont les plus importants. Pour répondre aux défis de sécurité et de développement dans la région, l’AFD finance deux nouveaux programmes dans le cadre de l’Alliance Sahel pour un total de 16,2 millions d’euros d’engagement à compter du début de l’année 2019. 

Ces programmes favoriseront le développement local et l’emploi des jeunes dans le Gorgol, le Guidimakha et l’Assaba, trois régions vulnérables du sud de la Mauritanie. Jean-Yves Le Drian, ministre français de l’Europe et des Affaires étrangères, et Rémy Rioux, directeur général de l’AFD, ont signé ces deux conventions de financement lors de leur venue à Nouakchott pour le sommet commun G5 Sahel et Alliance Sahel, le 6 décembre.

Un engagement renouvelé en faveur du Sahel

L'objectif du sommet de Nouakchott était de mobiliser la communauté internationale sur le financement et la mise en œuvre du Programme d’investissement prioritaire (PIP) dans lequel s’inscrit le programme de développement d’urgence (PDU) adopté par le G5 Sahel. Dans ce contexte, Jean-Yves Le Drian a confirmé les engagements de la France en faveur du développement et de la stabilisation du Sahel à l’occasion de cette rencontre :


« La France, par le biais essentiellement de l’Agence française de développement, investira 500 millions d’euros au profit des priorités du G5 Sahel et des 40 projets indiqués. »
 

Faciliter l’accès aux services de base dans le Sud du pays

Le programme DECLIC, l’un des deux projets entérinés le 6 décembre, doit améliorer la fourniture de services de base et la valorisation économique durable des territoires, notamment grâce à la construction d’infrastructures (écoles, dispensaires, eau potable, etc.). 

L’AFD accompagne à hauteur de 11,2 millions d’euros les communes de ces trois régions du Sud mauritanien. Pour favoriser une action rapide sur le terrain et qui bénéficie immédiatement aux populations, notamment les plus fragiles, l’AFD finance également des ONG à hauteur de 1,5 million d’euros en subvention.

Favoriser la stabilité par le développement économique

L’objectif du programme PECOBAT ? Former 1 720 jeunes – dont un quart de femmes – d’ici trois ans grâce à des chantiers écoles. Dix écoles et collèges seront construits grâce à des sociétés locales, remplissant ainsi les carnets de commandes des entreprises de la région. Le programme vise l’insertion économique et professionnelle des jeunes en pariant sur la dynamisation de l’économie et le développement local des trois régions concernées.

PECOBAT apporte une réponse à l’un des principaux enjeux de développement de la zone Sahel : peu formée, la population dispose de ressources limitées et reste peu résiliente face aux aléas climatiques. Ce deuxième programme s’inscrit pleinement dans les objectifs de l’Alliance Sahel et aura des effets rapidement visibles sur le terrain.
 

crea


Qu’est-ce que l’Alliance Sahel ?


L’Alliance Sahel est un groupe de partenaires du développement qui œuvre de manière coordonnée pour un développement au service des populations les plus exposées à l’insécurité. L’Alliance compte 12 partenaires bi et multilatéraux : l’Allemagne, le Danemark, l’Espagne, la France, la Grande-Bretagne, l’Italie, le Luxembourg, les Pays-Bas, la Banque mondiale, la Banque africaine de développement, le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) et l’Union européenne. Les États-Unis, la Fondation Gates, la Norvège et la Finlande sont membres observateurs.
 

crea

 

Alliance Sahel : 6 milliards et 500 projets pour le développement

Alliance Sahel : Rama 

Alliance Sahel : Moussa
 

 

Ler igualmente