• logo linkedin
  • logo email
Dans la cadre d’un projet d’appui à la justice à Madagascar, une délégation de cinq membres du personnel de l’École nationale d’administration pénitentiaire (ENAP) malagasy est venue visiter l’ENAP française, du 21 au 24 mai dernier.
Désiré Razafintsalama, directeur de l’ENAP, explique le cadre et l’intérêt de cette visite.
Quel est le principal défi pour l’administration pénitentiaire malgache ?

Les établissements pénitentiaires existants à Madagascar ont été construits durant l’époque coloniale et ils sont aujourd’hui vétustes et surpeuplés. La sécurité pénitentiaire est faible, les conditions de détention sont souvent inhumaines et la réinsertion des personnes détenues est inefficace…

Ces défaillances sont accentuées par le manque de matériels de sécurité, le manque d’effectif ainsi que d’un déficit de formation continue du personnel. 

Le grand défi consiste à surmonter tous ces problèmes afin de rendre humaines les conditions de détention dans tous les établissements, maintenir la sécurité pénitentiaire et mieux préparer la réinsertion sociale et professionnelle des personnes détenues.


Quels enseignements tirez-vous de vos échanges avec l’ENAP française ?

Nos échanges avec l’ENAP française durant notre visite en mai 2019 nous ont permis d’échanger sur bon nombre d’expériences et de bonnes pratiques. L’ENAP française, qui est en France la seule école en charge de la formation initiale et continue du personnel pénitentiaire, est une institution évoluée et en constante évolution, aussi bien sur le plan pédagogique que sur les plans structurel, organisationnel, infrastructurel, logistique et matériel.

Délégation malgache à l'ENAP française
Lors de la visite de la délégation malgache à l'ENAP français en mai 2019 © AFD


C’est une école professionnalisante dont les enseignements sont principalement axés sur l’apprentissage théorique et surtout pratique des métiers qui attendent les élèves. À leur sortie de l’école, les élèves sont stagiaires auprès des établissements pénitentiaires, mais ils ne sont pas des novices grâce à leurs différents stages pratiques.


Quelles sont aujourd’hui les principales réformes envisagées ?

En tant que directeur de l’École nationale d’administration pénitentiaire de Madagascar, je me permets d’exprimer que l’ENAP malagasy a sa vision ainsi que ses objectifs et perspectives. Il s’agit d’en faire une institution de formation de tous les personnels pénitentiaires malagasy afin d’aboutir à une vraie professionnalisation de l’administration pénitentiaire. Cette modernisation est engagée…

Notre objectif est de former des élèves performants et dignes de confiance, qui, à l’issue de leur formation, répondent immédiatement et efficacement aux attentes de l’administration. 

Pour y parvenir, différentes activités vont être entreprises : l’amélioration des infrastructures et matériels de formation, la mise en place de modules de formation pour chaque corps de l’administration et d’une équipe pédagogique permanente ou encore la lutte contre la corruption au concours d’entrée et une politique dynamique de partenariats avec d’autres ENAP en Afrique et des organismes nationaux et internationaux.


Lire aussi : Tout savoir sur l'action de l'AFD dans le domaine de la justice