À Lomé, les pratiques en matière de gestion des déchets ne sont pas encore bien maîtrisées, alors même que la production de déchets augmente. C’est pourquoi l’AFD, chef de file d’un partenariat avec l’Union européenne et la Banque ouest-africaine de développement, soutient la création d’un centre d’enfouissement. L’objectif : consolider la filière de gestion des déchets solides urbains et ainsi éliminer la création des dépotoirs sauvages. Pour un cadre de vie des habitants préservé.
Contexte

Lomé, la capitale du Togo, regroupe 25 % de la population du pays. La municipalité a entamé en 2008 une réorganisation de l’ensemble de la filière de gestion des déchets solides avec l’appui de l’AFD : ce sont les projets environnement urbain (PEUL I & II). L'objectif de cette action : faire en sorte que l’ensemble des déchets produits sur le territoire communal rentre dans un seul circuit. Ce circuit comprend la pré-collecte au niveau des ménages, la collecte aux centres de regroupement (dépotoirs intermédiaires), le transport et la mise en décharge finale, tout en favorisant les filières de valorisation. En réorganisant la filière, on contribue à éliminer la création des dépotoirs sauvages et à préserver le cadre de vie des populations urbaines. La mairie s'est engagée à participer au financement de son nouveau centre d’enfouissement technique (décharge) et à en couvrir les futurs frais de fonctionnement.

Descriptif

L’objectif spécifique du projet : l’amélioration durable de la gestion et du stockage des déchets solides urbains. Les actions consolideront la filière mise en place dans le cadre du PEUL I et II. Comment ? En construisant un centre d’enfouissement technique. Le centre pourra accueillir au total 20 casiers qui constitueront la zone de stockage des déchets de la métropole pour les 20 prochaines années. Le projet prévoit dans sa première phase de mettre en place les 5 premiers casiers correspondant à une période d’exploitation de 5 ans. Chaque casier sera divisé en plusieurs alvéoles qui accueilleront les déchets. Leur conception sera faite de manière à y intégrer des barrières étanches afin de protéger l’environnement du site et la nappe phréatique. Chaque casier sera équipé d’un réseau de drains et de collecteurs permettant de récupérer les lixiviats qui seront retraités dans des bassins. Un dispositif de gestion du biogaz produit par les déchets sera mis en place. Des travaux de voirie seront réalisés pour rendre accessible le site aux camions qui transporteront quotidiennement les déchets. Une zone technique sera construite pour la gestion du site. Près de 265 000 tonnes de déchets par an seront recueillis dans le futur site d’enfouissement à l’horizon 2018. La seconde étape du projet prévoit la construction de 5 autres casiers et une durée d’exploitation prolongée de 5 ans ; Enfin, la troisième étape a également été développée et intégrée au projet. Le but : contribuer au financement d’un axe de valorisation des déchets par le financement de la construction d’une plateforme de prétraitement des ordures ménagères sur le site. D’un montant total dans sa phase initiale (construction des 5 casiers), plus le volet complémentaire, de 21,2 millions d’euros, le projet est financé par la délégation spéciale de la ville de Lomé (10 %), l'AFD (14 %), l’Union européenne (33 % - sur fonds délégués à l’AFD) et la Banque ouest-africaine de développement (43 %).

Impacts

Amélioration durable de l’assainissement urbain, impactant le quart de la population togolaise ; Possibilité de réaliser un projet innovant de valorisation énergétique des déchets solides. Outre le rôle structurant sur l’ensemble de la filière déchets, le projet permettra d’économiser jusqu’à 100 000 tonnes de CO2 par an.

29/10/2016
Date de début du projet
31/12/2019
Date de fin du projet
2 ans
Durée du financement
Lomé
Localisation
Outils de financement
La commune de Lomé et ses environs
Bénéficiaires