• logo linkedin
  • logo email
Avec 13 % de la population mondiale mais seulement 3 % de la production pharmaceutique globale et une majorité de médicaments contrefaits, le continent africain fait face à un enjeu majeur de santé publique : l’accès à des médicaments abordables et de qualité. Une bataille dans laquelle le secteur privé a un rôle décisif à jouer.

Les besoins y sont aussi importants que le potentiel de croissance du secteur. Pourtant, le continent africain apparaît encore très en retrait du marché mondial du médicament : la production locale peine à se faire une place dans un marché pharmaceutique africain alimenté à 70 % par les importations étrangères. Face au développement attendu et nécessaire de ce domaine en Afrique, les synergies entre acteurs publics et privés sont incontournables. De fait, les acteurs privés sont de plus en plus sollicités par les pouvoirs publics comme une alternative aux systèmes, parfois défaillants, d’approvisionnement et de distribution des médicaments.

C’est pourquoi PROPARCO, la filiale dédiée au secteur privé de l’Agence française de développement (AFD), soutient la production et la distribution de médicaments locaux abordables à travers le financement d’entreprises pharmaceutiques, tout en encourageant le transfert de technologies Sud-Sud. Ces interventions se font par le financement direct d’opérateurs privés ou via des intermédiaires (banques, fonds d’investissement…) dédiés au financement des acteurs de la santé.


Accompagner les acteurs privés locaux

En Côte d’Ivoire, PROPARCO accompagne ainsi le développement de Pharmivoire Nouvelle, pionnière dans la production de solutés (préparations médicamenteuses liquides) intraveineux dans le pays. Fondée il y a plus de 25 ans, l’entreprise produit près de 3 millions de poches de solutés, pour un marché dont la consommation locale est estimée entre 15 et 20 millions d’unités par an. À l’échelle de la sous-région qui importe encore largement – faute d’acteurs locaux –, la demande globale est estimée chaque année entre 50 et 100 millions de poches. Au vu de ce potentiel, Pharmivoire Nouvelle a conçu un projet de développement visant à porter sa capacité de production à 12 millions de poches par an, nécessitant un investissement de l’ordre de 9 millions d’euros. Sa mise en œuvre a été possible grâce à l’appui de la Banque ouest-africaine de développement (BOAD) et d'Investisseurs et Partenaires (I&P), soutenus par PROPARCO. 


Lire aussi : Transition démographique et santé sexuelle en Afrique de l’ouest : AFD et KfW, un couple qui marche


Outre la question de la production locale, l’accessibilité des médicaments en Afrique est aussi entravée par la cherté des produits importés. « Dans le cas de maladies à soins coûteux comme le cancer ou l’insuffisance rénale, les populations n’ont pas accès à des traitements fabriqués localement. Nous sommes obligés de tout importer », rappelle le Dr Sokhna Ndiaye, présidente du conseil d'administration de l’entreprise sénégalaise Duopharm, spécialisée dans la distribution de médicaments et de produits pharmaceutiques. Cet acteur privé est assisté par PROPARCO à travers le financement d’un accompagnement technique visant l'optimisation et la mise en conformité de sa chaîne logistique.


Relever le défi de la disponibilité

Ailleurs sur le continent africain, d’autres initiatives portées par des acteurs privés mettent en place des systèmes de suivi qui relient patients, hôpitaux et pharmacies. C’est le cas de la start-up mPharma qui opère au Nigéria, au Ghana et en Zambie. Depuis 2013, cette start-up – soutenue par le fonds d’impact Novastar Ventures dans lequel PROPARCO a investi en 2015 – développe une infrastructure facilitant l’accès à des prix abordables aux médicaments sur ordonnance dans les marchés émergents. Pour ce faire, mPharma a développé un logiciel spécifique qui permet de connaître en temps réel la localisation et la disponibilité exacte des médicaments.  


Lire aussi : en 2017, la revue Secteur Privé & Développement de PROPARCO a consacré un numéro spécial sur l’accès aux médicaments de qualité en Afrique.


PROPARCO accompagne également les groupes pharmaceutiques internationaux dans leurs démarches d’implantation en Afrique. C’est le cas d’Africure, fabricant et distributeur indien de produits pharmaceutiques génériques. PROPARCO vient d’accorder à cet acteur reconnu un prêt de 10 millions de dollars qui va lui permettre d'accroître ses capacités de production sur le continent. 

Après avoir ouvert au Cameroun une usine de fabrication de génériques en 2018, Africure prévoit de lancer deux nouvelles usines en Côte d'Ivoire et en Éthiopie. Ce prêt devrait permettre à plus de 2,6 millions de personnes de bénéficier d’un meilleur accès à des médicaments et vaccins essentiels d’ici 2024. Le développement des activités d'Africure permettra aussi de créer ou de soutenir environ 800 emplois directs et indirects. Les effets secondaires de l’accès aux médicaments pour tous sont pour le moins vertueux.

Articles les plus lus

à lire aussi