• logo linkedin
  • logo email
Cette évaluation fait le bilan des appuis de l’AFD à l'un des plus grands parcs du Mozambique, emblématique des défis locaux et transfrontaliers d'aménagement du territoire d'une aire protégée en Afrique.
Contexte

Le Parc National du Limpopo (PNL) est un des plus grands Parcs du Mozambique et il fait partie, avec le Parc National Kruger (PNK) en Afrique du Sud et le Gonarezhou au Zimbabwe, d’un ensemble transfrontalier d'aires protégées. En 2006, l’AFD décide d’octroyer une subvention de 11 millions EUR – la plus importante jusqu’alors en appui à des aires protégées – pour appuyer la mise en œuvre du Plan de gestion et de développement du PNL. L’approche de la conservation mise en avant par le PNL met sur le même plan les objectifs de préservation écologique et de développement économique. La stratégie principale pour parvenir à ces deux objectifs est le développement du tourisme.

Objectifs

L'AFD a souhaité réaliser une évaluation ex post de son intervention dans la deuxième phase du projet d’appui au Parc National du Limpopo. En effet, le projet de développement du PNL est emblématique de l’approche de l’AFD en matière d’appui aux aires protégées dans les années 2000. Les objectifs de cette évaluation sont les suivants : Analyser la validité, la mise en œuvre, les résultats et les effets du projet financé par l’AFD par rapport à ce qui a été ciblé ; Tirer des leçons qui aident à déterminer les conditions favorables à la réussite des projets similaires dans l’avenir ; Promouvoir un dialogue renforcé avec les partenaires du projet sur les résultats de l’évaluation ; Accroître la prise de conscience des enjeux liés à la conception et à la mise en œuvre d’un projet de parc intégré.

Méthode

Cette évaluation a innové en utilisant l’audiovisuel comme un instrument privilégié d’évaluation. L’analyse audiovisuelle et l’analyse écrite ont été produites au sein du même processus d’évaluation, afin de mettre à profit leur complémentarité. L’objectif était que les résultats de l’évaluation soient à la fois cohérents –quelqu’un peut choisir de lire ou de voir l’évaluation et aura la même compréhension des résultats du projet– et complémentaires –c’est-à-dire qu’ils présentent différemment les informations en fonction des caractéristiques propres de chaque support (écrit et audiovisuel). L'évaluation a été confiée à un consortium de bureau d'étude : IRAM Développement, et Groupe-conseil baastel sprl.

Résultats

Les objectifs du projet financé par l’AFD étaient globalement pertinents par rapport au contexte local et régional, aux politiques nationales et aux besoins du PNL tels qu’énoncés dans son plan de développement. Toutefois, la logique d’intervention initiale manquait de clarté et était surtout peu opérationnelle. Les résultats sont partiellement atteints. L’intégrité écologique du PNL est conservée mais soumise à des défis sur le moyen terme. La faune est en augmentation et circule librement entre le PNK et le PNL. Pour que ces résultats soient durables, la structure de protection et de surveillance doit être maintenue dans le long terme, notamment à travers une implication continue du gouvernement dans la prise en charge des coûts salariaux. Le développement du potentiel touristique est limité mais de bonnes avancées en termes légaux et stratégiques ont été réalisées.  Les réalisations sont faibles en matière d’amélioration des conditions de vie des habitants du Parc. Cette composante a mis beaucoup de temps à être opérationnelle. Les ressources humaines du PNL ont été renforcées mais sont encore insuffisantes pour mener à bien leurs missions stratégiques. La durabilité financière n’est pas assurée à court terme du fait de la faiblesse des revenus issus du tourisme.

Enseignements

Le projet de développement du PNL, emblématique de l’approche adoptée par l’AFD en matière d’appui aux aires protégées dans les années 2000, reposait sur deux hypothèses sur lesquelles l’évaluation permet de revenir. L’AFD a fait l’hypothèse que le lien fort entre développement et conservation de la biodiversité, qui avait été mise en évidence sur des programmes de pêche ou de forêt, pourrait se retrouver sur les projets de gestion d’aires protégées. Par ailleurs, les populations ayant un intérêt économique à la conservation de la biodiversité adhéreraient à la mise en place d’un parc national décidé par l’Etat sans concertation. L’évaluation montre qu’il n’y a guère de retombées positives pour les habitants et que leur adhésion aux objectifs de conservation est faible. Cela est dû, pour partie, au faible développement du tourisme dans le Parc ; mais aussi à la faiblesse des stratégies mises en œuvre pour faire le lien entre la santé des écosystèmes et les moyens de vies des populations. Une deuxième hypothèse, portée davantage par les autorités mozambicaines, concernait une approche ouverte de la conservation, favorisant la mobilité des animaux et basée sur les possibilités de cohabitation entre la faune sauvage et les populations locales. La construction d’une barrière par le PNL pour réduire les conflits hommes/faune dans la région la plus peuplée du PNL, à la demande des populations, montre que cette approche ouverte est complexe à mettre en œuvre. La remise en question de cette questionne l’approche du PNL consistant à ne pas impliquer les habitants dans la gestion de la faune sauvage. Au final, la constitution d’une aire protégée, pose la question de la définition des règles qui vont s’appliquer sur ce territoire et le différencier des territoires voisins tout en assurant une équité entre leurs habitants. Des mécanismes de concertation doivent être élaborés pour définir, au travers d’un projet de territoire, les mécanismes de sa gouvernance. C’est sans doute ce qui aura le plus fait défaut dans la stratégie mise en œuvre par le PNL et qui explique l’écart important séparant les objectifs initiaux ambitieux en matière de co-gestion du territoire et les mécanismes actuels de planification et de mise en œuvre du développement du parc.
 

Consultez la synthèse du rapport d'évaluation sur ce projet.

03/07/2015
Project start date
31/12/2016
Project end date
1 an et 6 mois
Duration of the program
sectors
Massingir
location
Achevé
status

Contact : Sabrina GUERARD : guerards@afd.fr