• logo linkedin
  • logo email
Résultats de requêtes sur un moteur de recherche, organisation des informations sur les réseaux sociaux, analyse de profils bancaires : dans tous ces domaines, des algorithmes sont à l’œuvre. Les interrogations autour de ces rouages de la société numérique et des modalités d’utilisation de données massives sont prégnantes tant dans les pays du Nord que les pays du Sud.

La révolution numérique est en effet à l’œuvre à l’échelle planétaire : plus de 5 milliards de personnes disposent d’un téléphone portable et adoptent des usages numériques dans tous les domaines de leur vie. L’innovation, l’efficacité ou encore l’ouverture promise par cette transition numérique représente dans tous domaines, de la santé à l’accès à l’énergie, un potentiel d’accélération de l’atteinte des objectifs de développement durable de l’Agenda 2030. Cependant, là-bas comme ici, elle prend souvent de vitesse les institutions et sociétés et lève de nombreuses questions sur les enjeux sociétaux et éthiques de la révolution numérique.

L’Agence française de développement a souhaité éclairé ces questions en s’associant au cycle de réflexion « Ethique et Algorithmes » mené par CNIL. Pendant la matinée du vendredi 29 septembre, deux tables rondes seront organisées autour des thèmes suivants :

1ère table ronde: Profiling et credit scoring, quand l’algorithme remplace le banquier : risques et opportunités

Des backoffices des groupes bancaires jusqu’aux zones rurales d’Afrique de l’Est où des startup kenyanes proposent leurs services de credit scoring, les opportunités d’utilisation des algorithmes sont nombreuses pour établir efficacement des profils de clients et accélérer l’accès aux services bancaires. Mais comment mesure-t-on l’efficacité d’un algorithme de profiling et de scoring ? Quels sont les biais de ces outils et quelle place l’humain doit-il garder dans les décisions ? Quelles exigences peuvent s’exprimer vis-à-vis de ces algorithmes ? Et dans quel cadre doit se réaliser l’exploitation de nouvelles sources de données, issues par exemple des médias sociaux ou des données de téléphonie ?

2ème table ronde : Données personnelles au service de l’intérêt général et transparence algorithmique

Les données produites à travers l’utilisation des média sociaux, des téléphones portables, des services en lignes, des objets connectés, collectées par les opérateurs de services ou l’administration constituent un vaste réservoir d’informations dont l’exploitation est susceptible de servir l’intérêt général. Alors que la loi Lemaire crée la notion de « données d’intérêt général », des organismes privés ont déjà choisi de mettre à disposition une partie de leurs bases de données à l’appui de projets humanitaires ou de développement. Au travers d’exemples concrets, dont le projet OPAL (Open Algorithms) soutenu par l’AFD, seront appréhendés les conditions d’exploitation de ces données, en termes technique, juridique, ou encore éthique.

Quel équilibre définir pour permettre à la fois ces utilisations innovantes sans renoncer au respect de la vie privée ? Quel cadre juridique en France, en Europe et ailleurs ? Ces questionnements éthiques sont-ils universels ou s’appréhendent-ils à travers un prisme culturel ? Quelles exigences d’ouverture ou d’explicabilité peuvent-elles s’exprimer envers les algorithmes traitant nos données ?

  • Introduction par Jérôme GRUBERDirecteur du numérique de l’AFD

  • Modération Amandine DELSUCCorrespondant Informatique et Liberté, et Gwenael PRIEChef de projet AFD

when ?
The Friday 29 September 2017
where ?
à Vivacity
Intervenants
Nathalie
BEAUDEMOULIN
Coordinatrice du pôle ACPR FinTech Innovation
Nozha
BOUJEMAA
Directrice de recherche à l’Inria et chef de projet TransAlgo
Bruno
COQUEMONT
Direction des Fonds d’Epargne/ Direction des Prêts et de l’Habitat au sein de la CDC
Garance
MATHIAS
Avocate en protection des données personnelles
Nicolas
DE CORDES
‎VP Marketing Anticipation (Orange), Cofondateur OPAL
Perica
SUCEVIC
Conseiller juridique auprès de la Direction interministérielle des systèmes d'information et de communication de l'Etat (DINSIC)
Thomas
GIETZEN
Project Manager - KfW Development Bank (Détachement actuel au sein de l'AFD)
Sarah
YANICOSTAS
Public Policy Manager | Facebook France
Gilles
MORAIN
Fondateur et directeur technique de Masae Analytics

Location of the event

Vivacity
155 Rue de Bercy
75012
Paris