• logo linkedin
  • logo email
Irak, Palestine, Syrie, Yémen ou encore Bangladesh… Chaque année le Prix Bayeux Calvados-Normandie des correspondants de guerre nous emmène sur le terrain des zones de conflit. Parmi les différents prix attribués, celui du public est parrainé depuis cinq ans par l’AFD. Il récompense un reportage en lice dans la catégorie photo mettant en images les conséquences des conflits sur les populations civiles. Cette année, c’est la photographe Paula Bronstein qui a été récompensée.

« Mon mantra en ces temps de fake news est la vérité et non la neutralité », a souligné la grande reporter Christiane Amanpour, présidente du jury de la 25e édition. Elle a ainsi ouvert la cérémonie de remise des prix ce samedi 13 octobre avec un plaidoyer sur le travail indispensable des journalistes. Puis une dizaine de prix couvrant la diversité des travaux journalistiques (catégories photographie, presse écrite, radio, télévision, télévision long format, jeune reporter et image vidéo) ont été remis. Le palmarès est à retrouver ici.

Un reportage sur les Rohingyas 

Cette année, le public invité à voter aux côtés du jury officiel, a récompensé le reportage de Paula Bronstein pour Getty Images, The Rohingya Crisis : a Harrowing Journey, sur la crise qui touche la communauté rohingya et qui s’est accélérée depuis 2017. La photographe Paula Bronstein connaît bien les Rohingyas. Depuis six ans, elle documente le sort de cette minorité musulmane persécutée dans un pays majoritairement bouddhiste.

J’ai commencé à aller en Birmanie en 2012, à une époque où la région était plus facile d’accès. Depuis j’y suis retournée plusieurs fois pour faire connaître la situation des Rohingyas, informer les gens sur les persécutions et éveiller les consciences. Et l’année dernière, au plus fort de la crise, j’ai suivi la communauté rohingya pendant deux mois.

Paula Bronstein, photographe lauréate du Prix du Public

Chassés par l’armée, 700 000 Rohingyas ont fui le pays en direction du Bangladesh où la photographe les a retrouvés. Longeant la frontière, s’arrêtant au cœur du camp de réfugiés à Cox’s Bazar, elle nous confronte à l’arrivée de ces survivants apatrides dont les corps et les regards témoignent du calvaire subi.

Le Prix du public a été remis cette année par Charles Tellier, responsable de la Cellule crise et conflits à l’AFD : « Notre objectif est de combattre les causes structurelles de ces conflits et de travailler à les résoudre. Par le soutien à nos partenaires de la solidarité internationale, aux gouvernements et aux organisations de la société civile, nous travaillons à construire la paix. »

Découvrez une sélection de quatre photos issues de ce reportage.

Les Rohingyas fuient la Birmanie

Une famille de Rohingyas marche la nuitIls arrivent près de la frontière du Bengladesh

L'épouvantable voyage des Rohingyas

© Paula Bronstein

Articles les plus lus

à lire aussi