• logo linkedin
  • logo email
Le programme SUNREF favorise une croissance sobre en carbone par le développement des énergies renouvelables et la promotion de mesures d’efficacité énergétique dans l’industrie et pour les PME.
Contexte

La transition vers une économie verte représente un énorme potentiel de développement. La croissance verte fait émerger dans le secteur privé des opportunités dans les domaines de l’énergie, des ressources naturelles durables et de la protection de l’environnement.


Acteurs clés du développement du secteur privé, les institutions financières peuvent jouer un rôle pivot dans le financement de cette transition. Malgré un potentiel avéré, le financement d’investissements verts par les institutions financières reste encore limité du fait d’un ensemble d’obstacles techniques (absence de cadres règlementaires incitatifs, manque d’expertises locales, etc.) et financiers (emprunteurs finaux de petite taille perçus comme plus risqués, fonds propres limités, compétences encore fragiles au sein des banques).  

 

Descriptif

Le projet s’inscrit dans le cadre d’un programme régional labélisé SUNREF East Africa et promu par l’AFD au Kenya, en Tanzanie et en Ouganda.  


Il prévoit d’offrir à plusieurs banques  ougandaises une facilité de crédit à taux réduit,  d’un total de 35 M€. Les financements sont destinés aux clients de ces banques, pour investir dans des moyens de production d’énergie renouvelable (énergie solaire, biomasse / biogaz, mini-centrales hydroélectriques) ainsi que dans des projets d’efficacité énergétique.
A l’instar des autres lignes de crédit SUNREF de la région, l’initiative bénéficie de l’appui d’une assistance technique à destination des porteurs de projets, ainsi que des banques ougandaises. Cette assistance technique est pilotée par  la Kenya Association of Manufacturers (KAM) en étroite coopération avec l’Uganda Association of Manufacturers (UMA).

Impacts
  • Économie : renforcement de la compétitivité des entreprises et création d’emplois grâce à l’optimisation de la consommation d’énergie ;
  • Environnement : réduction de la consommation d’énergie fossile et des rejets atmosphériques, avec une diminution des émissions de CO2 estimée à 30 000 tonnes par an ;
  • Institutions : meilleure mise en œuvre des politiques publiques ougandaises par les acteurs de terrain grâce aux nombreuses institutions locales impliquées dans le projet.
01/01/2016
project start date
12 ans
Duration of funding
Kampala
location
35 000 000
EUR
amount of the program
En cours
status
DTB
beneficiaries
UE
co-financiers