• logo linkedin
  • logo email
Ce projet a pour but de contribuer à la sécurité alimentaire, au développement économique et à la gestion des ressources naturelles dans la région de Matam et du delta du fleuve Sénégal, des priorités de l'intervention de l'AFD au Sahel. Au programme : création et réhabilitation d’infrastructures rurales et mise en place d’un système de gouvernance des ressources foncières et en eau.
Contexte

La mise en valeur de la vallée du fleuve Sénégal et le développement de l'agriculture irriguée sont, depuis une trentaine d'années, une priorité constante des pouvoirs publics. À travers la SAED, créée en 1974, et avec l'aide de la communauté des bailleurs de fonds, d'importants investissements hydrauliques ont été réalisés par l'État.

Érigée en région en 2002, Matam est la seconde région la plus étendue du pays. Ce nouveau projet, conçu comme une extension des projets ASAMM et APEFAM, permettra d’étendre les activités de la Société nationale d’aménagement et d’exploitation des terres du delta du fleuve Sénégal (SAED) dans trois communes dans la région de Matam localisées autour des unités hydrauliques du Diamel et du Dioulol.

Descriptif

Le projet contribuera au développement économique et social de la région de Matam et du delta du fleuve Sénégal par :

  • l’amélioration des conditions de production et de commercialisation des produits de l’agriculture et de l’élevage par la création ou la réhabilitation d’infrastructures rurales.  
  • la mise en place d’un système de gouvernance des ressources foncières et en eau permettant une mise en valeur durable et équitable, et une maintenance des aménagements et infrastructures.

Le projet est organisé en deux composantes : 

  • financement d’investissements productifs 
  • appuis techniques et institutionnels aux différents acteurs impliqués dans le développement du territoire communal pour la mise en valeur et la gestion des investissements.

Le maître d’ouvrage du projet est le Sénégal, représenté par le ministère de l’Agriculture.

Impacts
  • Hausse de 30 % des rendements du riz, de 50 % pour le maïs et les cultures maraîchères. Corollairement, une hausse de la production de céréales de 12 000 T par an  (dont 7 000 de riz) et un allègement de la « facture alimentaire » nationale par réduction afférente des importations sont attendus.
  • Création de valeur ajoutée et d’emplois dans la région, tant agricoles que de services corollaires.
  • Entre 5 et 10 % des surfaces de casier seront réservées à des femmes.
  • 257 000 personnes sont concernées par les programmes de développement local.
01/09/2017
project start date
financing tool
32 350 000
EUR
amount of the program
En cours
status
État de Sénégal
beneficiaries