• logo linkedin
  • logo email
L’Agence française de développement et son partenaire CFI lancent un ambitieux projet de soutien aux médias dans le Sahel. Objectif : favoriser l’inclusion des jeunes dans le débat public des pays de la région.

La jeunesse du Sahel se sent parfois délaissée… Elle est pourtant majoritaire dans cette région d’Afrique : les moins de 30 ans y représentent 65 % de la population. 

Voilà le point de départ d’un important projet que l’Agence française de développement (AFD) et l’Agence française de coopération médias (CFI) ont officialisé jeudi 18 avril pour contrecarrer la marginalisation des jeunes dans cette région d’Afrique. Nom de code : MédiaSahel.

Mis en œuvre au Burkina Faso, au Mali et au Niger pour une durée de quatre ans, doté d'un budget de 8,3 millions d’euros – notamment issus du fonds Minka « Paix et résilience » – le projet MédiaSahel doit permettre aux jeunes d’être à la fois mieux informés et de prendre une part plus active au débat public dans ces pays.

Lutter contre les fake news

L’originalité du projet est qu’il se concentre, pour y parvenir, sur le renforcement des capacités des médias locaux. Une vingtaine d’entre eux ont été sélectionnés dans chaque pays, principalement des radios communautaires. L’objectif est triple : leur permettre de produire des informations fiables et apaisées, axées sur les préoccupations de la jeunesse et autour desquelles les jeunes puissent s’exprimer.

De nombreuses formations seront ainsi menées auprès des rédactions radio et web de ces pays. Elles porteront notamment sur l’animation d’émissions avec les jeunes, la création de nouveaux formats en ligne ou le fact-checking – la vérification d’information – afin d’enrayer la propagation des fake news (ou infox). L’enjeu est de taille dans une région en proie aux conflits communautaires et au terrorisme.


Lire aussi | Tout savoir sur l'action de l'AFD en faveur des processus démocratiques et des médias



Le projet MédiaSahel permettra aussi de financer la production de contenus créés avec et pour les jeunes Sahéliens. En français, mais surtout dans une dizaine de langues locales : mandingue, moré, peul, songhaï, tamasheq... L’AFD et CFI s’appuieront pour cela sur des médias et des organismes reconnus comme Radio France international (RFI), la Fondation hirondelle, l’Association des médias privés burkinabés ou encore l’ONG sénégalaise RAES.

Promouvoir l'égalité femmes-hommes

Depuis janvier, RFI diffuse ainsi au Sahel une nouvelle émission en français consacrée à la jeunesse africaine : « Alors on dit quoi ? ». Des contenus en peul sont venus s’ajouter à la programmation début avril. Une première pour RFI. Et qui a déjà trouvé son public ! Plus de 1 100 appels d’auditeurs ont ainsi été reçus par la radio le premier jour de diffusion du programme en peul, signe que l’émission répond à un fort désir d’expression dans cette langue. 

Le projet permettra aussi de promouvoir l’égalité femme-homme, lors de la sélection des bénéficiaires du projet – au profit des jeunes femmes, journalistes ou auditrices – et via la sensibilisation des rédactions aux questions liées au genre, entre autres. L’objectif est d’augmenter la représentation des femmes dans les médias, à l’antenne comme dans les rédactions.

 

 

Lire aussi

Fonds Minka : deux fois plus de moyens pour la paix et la résilience

Soutien aux populations du sud de la Mauritanie : action d'urgence

L'agriculture au Sahel : ce défi qui nous concerne tous

Santé et sécurité au Sahel : « Une forte attente des populations »

 

 

Articles les plus lus

à lire aussi